Balades à Lambé

Les associations Vert le Jardin (Brest) et le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Gorre Menez (Loperhet) souhaitaient organiser à l’occasion des "journées de l’environnement" des manifestations pour faire découvrir un quartier brestois LAMBEZELLEC riche en milieux naturels, sentiers de randonnées répertoriés ou non, et petits patrimoines.

Faire découvrir le quartier, y porter un nouveau regard, montrer ses richesses, n’était pour nous concevable qu’avec la participation des habitants. Une invitation a donc été lancée à tous les acteurs associatifs du quartier pour évaluer l’intérêt d’un tel projet, entendre les propositions etc...Et, surprise, cette réunion a fait l’objet d’une forte mobilisation. Un projet a été retenu : organiser des balades à thèmes dans Lambé, du 17 au 22 juin 2002.

Ce groupe était constitué de :
- La mairie de Lambézellec
- La maison de quartier de Lambézellec
- Le comité de quartier Kérinou
- L’association résidents de Brest Lambézellec
- L’association habitants de Brest Lambézellec Est
- L’association Mémoires de Lambézellec
- L’école publique Ferdinand Buisson maternelle et primaire
- L’association des parents d’élèves école Ferdinand Buisson
- L’école publique de Kérinou
- L’ association des parents d’élèves de Kérinou
- Le Centre Médico-Social
- "Petits zefs en balade" et le Centre Social Ty an Holl
- La chorale "A travers chants"

Chacun a assumé sa part d’engagement au projet et réalisé ce qu’il avait envie de faire. Plusieurs circuits ont donc été proposés :
- Lambé rural à travers les chemins ruraux, découverte de la richesse et de l’histoire du quartier.
- Chemin des lavoirs au cœur de Kérinou, costumes, usages et "parlé" des lavoirs. Lavoirs utilisés, lavoirs abandonnés.
- Rando chantée : balades en soirée, dans le bois de la brasserie, en avant première de la fête de la musique.
- Chemin des écoliers (scolaires) à travers le jardin public de Keravelloc, découverte ludique, sensorielle.

17 balades ont été effectuées, 411 participants

Ces journées ont été un succès par la participation des habitants. Ce fut aussi un grand moment de convivialité et de découvertes du quartier de Lambézellec. Le groupe s’est réuni en septembre afin d’établir un bilan de ces journées et réfléchir à de nouveaux projets pour 2003.

Quelques mots d’enfants dits dans les balades

"La nature est une pharmacie car tous les médicaments viennent des plantes".

"Autrefois dans le bois de Kerallan il y avait le murmure de l’eau qui calme".

"Le Spernot est une rivière qui passe sous le cadran solaire. Avant les femmes venaient y nettoyer les boyaux de leurs cochons morts".

"Lors d’une promenade pédestre à Loscoat, mon œil a été attiré par une propriété entourée d’un mur de pierre. A l’interieur beaucoup d’arbres et de massifs aux couleurs très variées, donnent au manoir un parfum mystérieux".

Quelques mots de Henri-Jean TURIER

Le professeur ALAIN avait un moyen infaillible, disait-il, de savoir si une classe d’enfants était une bonne classe ou une mauvaise « je vais dans la cour de récréation et me poste près d’une fenêtre. Je regarde ce qui se passe dans la classe. L’instituteur parle devant des enfants sages et attentifs. Ce n’est pas une bonne classe. Le maître se tait et les doigts se lèvent dans un brouhaha de voix. C’est une bonne classe ».

Si le grand Alain, qui était aussi un philosophe, était venu au jardin public de Keraveloc la semaine dernière il aurait vu que les classes de Kermaria, Buisson, Jacquart étaient du nombre. Pas de fenêtre, ni de murs, ni de plafond, dans ces salles de classe. Beaucoup mieux. On croit, en général qu’à Brest il n’y a de grands « espaces verts » qu’au Stangalarc’h ou à Kéroual. Que l’on vienne à Keraveloc on en verra un autre qui n’a rien a envier à ses deux grands frères ! J’ai dit Keraveloc pour faire comme tout le monde. J’aurais du dire : Keralan. C’était son nom il y a quelques décennies. Le « Bois de Keralan », un bois de haute futaie, des prairies verdoyantes et une rivière. Eh oui ! Tous les gens parlent du Spernot comme d’une déchetterie. Faites un saut dans le passé, c’était un ruisseau allant de Kergwen à Kerleguer, un ruisseau d’une onde pure, bordé sur ses deux rives d’iris sauvages, de saules et de rhododendrons, sans oublier les épines, épines blanches ou aubépines, épines noires ou prunelliers, premiers messagers du printemps. Savez-vous que le nom Spernot vient de Spern en breton « épines » ; C’est autre chose qu’une décharge, le Spernot !

Allons, allons ! Nous avons remonté le cours de cette rivière, enfouie sous terre aujourd’hui, à ciel ouvert tout au long de son trajet naguère. Nous, ce sont les écoliers et leurs maîtres occasionnels : J P BOTCAZOU, ancien pêcheur de vairons et d’épinoches qui avait à cœur de montrer, chemin faisant, la victoire du végétal sur le minéral. CLAUDIE, qu’on ne présente pas, puisque l’initiative de ces promenades c’est à elle que nous la devons. Le troisième complice dans cette randonnée culturelle est J B DENIEL. Pendant trois jours, il a attendu de pied ferme le déferlement de gamins qui venaient d’arpenter chemins charretiers et prairies inondables et qui avaient hâte de découvrir l’agriculture d’antan et les jardins portugais, les clôtures anti-lapins et anti-oiseaux...

ALAIN, toujours lui, disait aussi qu’« enseigner c’est apprendre deux fois ». Comme il avait raison ! Si j’ai appris aux élèves les vertus de la digitale, de l’aubépine et de la feuille de saule, si Claudie a montré le nombril de Vénus et les feuilles de l’aulne et la façon de tresser des brins de jonc... eux nous ont fait connaître les boutons d’or qui font aimer le beurre. Echange de bons procédés !

Enfants de Kermaria, Buisson et Jacquart, gardez un bon souvenir de ces classes de verdure (- chères que les classes de neige) et plus tard, qui sait, quand l’âge aura blanchi vos têtes et multiplié vos soucis... qui sait si l’odeur du genêt, de la menthe ou des carottes sauvages ne vous fera pas revivre ces heures d’école buissonnière et ravivera en vous cette maladie dont on ne guérit jamais : l’enfance.
En attendant, bonnes vacances à vos maîtres et à vous.
Nous, Jean-Baptiste, Jean-Pierre et moi, nous le sommes jusqu’à la fin de nos jours.

Contact : Michel Campion - Association Vert le Jardin
25 rue Docteur Pouliquen - 29200 Brest

Mis à jour : vendredi 11 février 2005

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article