Ordinateurs de vote : un tableau des mise en oeuvre et moratoires dans le monde

Le site "ordinateurs de vote " http://www.ordinateurs-de-vote.org/ dresse un tableau des mises en oeuvre du vote électronique et des questionnements en cours.

Voici une reprise du texte de l’article, consultez l’article pour plus d’information et suivre les liens non repris ici

Le vote électronique à l’étranger - résumé

1) ordinateurs de vote dans les bureaux de vote :

- Utilisation à grande échelle :

  • Belgique (44%), moratoire de fait depuis 1999, matériel vieillissant dont le renouvellement pourrait être l’occasion d’une remise en cause.
  • Pays-Bas (90%),
  • États-Unis (40%),
  • Brésil (100%),
  • Inde (100% ?),
  • Canada (dépend des élections), notamment au Québec en 2005
  • Venezuela (> 90%),

- Utilisation moindre :

  • Allemagne (environ 3%) ,
  • France (environ 3%)

2) scanners de bulletins :

- 

Utilisation à grande échelle : États-Unis (40%), Canada, Corée du Sud

3) vote par Internet :

- 

Expérimental partout.

- 

Pays en pointe : Estonie, Suisse. Si vous entendez parler de la Bulgarie, de la Slovènie ou de la Lettonie, il s’agit en fait de l’Estonie : c’est un tragique problème de notoriété pour ce pays qui fait du vote par Internet entre autre pour conforter son image de pays adapte des nouvelles technologies.

4) des gouvernements reculent / doutent / évoluent :

- 

États-Unis : plusieurs états (Floride, Nouveau Mexique etc...) se tournent vers les scanners de bulletin et abandonnent les ordinateurs de vote, d’autres leur ajoutent des imprimantes. Abandon du vote par Internet par le Pentagone en 2004 suite au rapport SERVE,

- 

Italie : abandon de toutes les expérimentations, suite aux embrouilles de la totalisation des résultats de 2006 (votes blancs qui auraient été transformés en vote Berlusconi),

- 

Québec : moratoire, suite aux multiples problèmes des municipales 2005

- 

Belgique : moratoire de fait, la généralisation à tout le pays a été stoppée en 1999

- 

Pays-Bas : suite au hack d’un ordinateur Nedap en octobre 2006, un fabricant a été suspendu d’élection (SDU) et une commission a été formée qui rendra ses travaux fin 2007. La société Groenendaal (concepteur des ordinateurs Nedap) aurait fait chanter le gouvernement néerlandais afin de se faire nationaliser. Une enquête est nécessaire pour établir la réalité de ces faits. Un parlementaire a posé des questions à ce sujet.

- 

Irlande : 7500 ordinateurs ont été achetés pour les élections de 2004 (pour équiper le pays entier) et n’ont jamais été utilisés.

- 

Espagne : abandon apparant mais pas officialisé (selon la CNIL).

- 

Finlande : abandon du vote par Internet, mais projets de vote en bureau de vote.

L’adresse originale de cet article est http://www.a-brest.net/article3234.html

Mis à jour : dimanche 13 mai 2007

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article