Intervention à l’Hôtel de Ville le 17 novembre 2006, à propos de la participation des CCQ brestois pendant la période de travail d’élaboration de la Charte.

Séance de signature de la Charte des relations
entre
Elus, Conseillers Consultatifs de Quartier, Services de la Ville de Brest et de B.M.O.

Je vais développer mon court propos en deux parties :

- en répondant à une question,
- en vous livrant une série d’affirmations qui sont des volontés fondatrices.

La question :

Pourquoi cette charte ?

Il s’agit d’une charte générale, document commun à tous les Conseils de Quartier de Brest.

Elle a été bâtie en coordination et en concertation avec les Conseillers, les Elus brestois et les services de la ville, suite à un audit qui a pris en compte les attentes des Conseillers pour le futur.

C’est une charte ouverte qui fixe la direction principale vers laquelle il est souhaitable d’aller.

Les affirmations, ce pourquoi elle a été bâtie :

Ce que la charte devrait permettre de faire

Instaurer le CCQ comme lieu institutionnalisé de partage de pouvoirs, de prise de paroles, de dépassement des conflits, de décision et de solidarité entre les acteurs de la tri-articulation que sont les Elus, les Services et les Habitants.

Montrer que le citoyen c’est aussi l’habitant du quartier et que le CCQ est un espace d’unité qui se construit au fur et à mesure.

Impliquer les habitants dans l’action sur des quartiers où ils vivent, habitants à plusieurs statuts cumulés ou non ( locataire, propriétaire, contribuable, chômeur, consommateur...) et dans une certaine mesure lutter contre la marginalisation en faisant participer le plus grand nombre.

Construire une citoyenneté équilibrée.

Indiquer le chemin dans la direction d’une citoyenneté partagée.

Etre le document de base pour poser les exigences concrètes minimales de ces citoyennetés.

Permettre l’accès à une compréhension collective et argumentée.

Participer à la reconstruction du rôle de chacun dans la ville par rapport à des problématiques concernant les habitants et dans le respect mutuel.

Clarifier la place de chacun dans un système utilisant le cadre de la démocratie de proximité.

S’efforcer de mieux faire émerger la « culture entre pairs » - de la ville et du quartier - productrice du savoir-usager.

Guy Crissin

Mis à jour : dimanche 19 novembre 2006

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article