Conseil de Quartier de Brest Centre 4 juillet 2006

CR de la réunion du conseil consultatif

Brest-Centre
Imprimer la page

L’ordre du jour proposé comportait les points suivants :

- Approbation du Compte Rendu de la séance du 23 mars 2006
- Intervention de M Jean Paul Polard, responsable de la Direction Propreté Déchets à Brest métropole océane sur la collecte des déchets.
- Tour de table : proposition du bureau d’un point sur l’appréciation du CCQ quelques mois après le renouvellement.
- Questions diverses
- Calendrier des rencontres à venir

Suite à l’indisponibilité de l’intervenant de la CCI, la réunion programmée en juin sur la situation du commerce en centre ville est reportée à la réunion plénière du 28 septembre. Le choix a été fait de reporter la séance du 8 juin au 4 juillet afin que les membres du bureau du CCQ Centre ville puissent élaborer un nouvel ordre du jour (réunion du 14 juin).

1 - Approbation du compte rendu de la séance du 26 janvier 2006

Le compte rendu du Conseil de quartier du 23/03/2006 diffusé aux membres du conseil est soumis à leur approbation en début de séance. C.A. Massa liste l’ensemble des points abordés. Aucune remarque n’est formulée, le compte rendu est approuvé.

2- Intervention de M. Jean Paul Polard, responsable de la Direction Propreté Déchets à Brest métropole océane sur la Collecte des déchets.

M Polard est déjà intervenu au CCQ Brest centre en 2004 pour une présentation du dispositif général de collecte des déchets sur le territoire de Brest et notamment le projet de Collecte sélective au porte à porte.

Deux années ont passé et le dispositif va connaître de nouvelles évolutions :
- Pour des raisons techniques : collecte des encombrants non satisfaisante, obligation en 2007 d’une collecte sélective pour les déchets d’équipements électroniques, électriques et électrotechnique, développement des conteneurs enterrés, évolution de la collecte des ordures ménagères (retour à une collecte matinale et modification partielle des fréquences)
- Pour des raisons liées à l’aménagement du temps de travail des salariés.

Lors d’une précédente réunion du Conseil Consultatif la question des bacs poubelles restant sur les trottoirs avait été soulevée. M. Masson a saisi la Direction Propreté Déchets pour que ce sujet soit étudié.
Avec l’appui des Inspecteurs du Domaine Public, la Direction a procédé à une enquête durant 3 semaines en mai/juin 2006.

L’objet de la mission réalisée était :
- De différencier plus clairement deux paramètres, raison technique ou incivilité.
- De permettre à la collectivité d’analyser plus finement la situation actuelle en mettant en évidence les points noirs (portion de quartier, de rue, où un regroupement important de bacs stationnent de manière récurrente sur le domaine public en dehors des jours de collecte)
- D’aider à la mise en place de solutions adaptées sur la base d’une concertation avec les usagers.

La mission s’est déroulée en 4 temps
- 1 Choix d’une partie du centre ville comme zone pilote
- 2 Découpage en 9 secteurs (Liberté, Saint Martin, Pilier Rouge, Sanquer, Kéruscun, Guérin, Place FTPF, Kerfautras) quadrillés hors des jours de collecte par des IDP constatant visuellement les dysfonctionnements.
- 3 Chaque habitat concerné (constat : bacs présents à 3 reprises consécutives hors des jours de collecte) a fait l’objet d’un relevé d’informations sur fiche type préétablie.
- 4 Regroupement des données, synthèse et cartographie des principaux points noirs relevés et nature respective de chacun.

Les éléments collectés sont regroupés selon 2 thèmes : les caractéristiques techniques de l’habitat et l’accessibilité par rapport au remisage des bacs.
En sont retirés les principales causes du non remisage des bacs avec un % des raisons techniques et un % des incivilités

La règle applicable est l’obligation de remiser son bac si c’est techniquement possible. Ce règlement de collecte vise à régler les problèmes d’utilisation et de sécurité de l’espace public (mal voyant, poussette,... dégradation, vol, ...) et plus globalement favorise la prise en compte du piéton dans la ville, respect de l’environnement des habitants, ... Quand la bonne volonté de chacun ne suffit pas, il existe des hypothèses et des alternatives d’amélioration mais qui peuvent également avoir leurs propres contraintes. Les conteneurs enterrés par exemple ont un impact sur le stationnement, sur la distance à parcourir pour déposer ses ordures, ...

C’est pourquoi le service de la collecte propose une démarche participative pour avancer sur ce thème en constituant un groupe de travail qui aurait comme fonction :
- Le suivi de la démarche
- Une force de proposition et de retours d’opinions
- Une approche des nouvelles techniques de collecte (visite de sites)

Lors de la réunion plénière de septembre il sera fait appel aux volontaires pour constituer ce groupe ou compléter celui existant depuis novembre 2005 mais qui n’avait pas eu véritablement matière à travailler.

L’enquête menée sur le haut de Brest Centre sera étendue au secteur situé sous le boulevard Clemenceau (Siam, Saint Louis, Dajot, ...) puis vers d’autres quartiers (Recouvrance, Saint Marc).

Cette présentation a amené les conseillers de quartier à réagir sur plusieurs points :
- Le mode d’attribution des bacs,
- L’organisation des tournées
- Le changement des modes de collecte, l’information des habitants, le lien avec les syndics,
- La collecte des encombrants avec la piste d’une collecte sur appel téléphonique avec participation financière en lien avec la politique de tri sélectif et l’utilisation des déchetteries, les risques d’incivilités si ce type de ramassage devait s’arrêter (dans les faits le service a constaté que cela était moins fréquent dans les secteurs ou cette collecte a été arrêtée sans doute parce qu’une verbalisation a été mise en place), la situation des secteurs à fort habitat étudiant (déménagement avant l’été) ou touché par une activité nocturne (St Martin)
- Le conteneur enterré près du Leclerc : il ne fonctionne pas bien car un élément de la structure a été endommagé lors d’un accident survenu lors des travaux de liaison avec le parking Coat ar Gueven,
- Le stationnement des bacs dans des rues aux trottoirs larges,
- ...

Certaines points ont pu obtenir des réponses immédiates d’autres pourront être examinées dans le cadre du groupe de travail dont la mise en place est proposée.

3- Tour de table : proposition du bureau d’un point sur l’appréciation du CCQ quelques mois après le renouvellement.

Les membres du bureau ont souhaité que les conseillers puissent s’exprimer sur leurs perceptions du fonctionnement du conseil de quartier. Pour démarré l’échange, ils ont abordé leur place et leur rôle comme membre du bureau, le lien avec les autres conseillers.
Puis ils ont rappelé le travail mené dans le cadre de l’élaboration de la charte de relation entre Conseillers de quartier, Elus et services de la collectivité. Celle-ci devrait permettre de définir des méthodes de travail, des modes d’évaluation mesurant notamment l’impact des propositions des conseillers dans les projets proposés par la ville. La rédaction même de cette charte a été citée comme une expérience de concertation. Chacun souhaite sortir de l’impression de ne pas servir à grand-chose pour trouver une place et pouvoir peser sur des choix à venir.
Des évolutions ont été repérées mais il reste encore à améliorer le dispositif et des propositions concrètes ont été faites lors de cette discussion :
- Remettre à plat les groupes de travail ou les commissions définis en novembre pour en constituer sur la base de projets concrets et précis.
- Donner plus de visibilité aux conseils de quartier en éditant par exemple un supplément à Sillage avec contacts, articles, ...
- Utilisation d’un local pour que les conseillers puissent se rencontrer en dehors des réunions programmées, éventuellement y tenir des permanences, ...
- Travailler à faire naitre une vie de quartier au travers d’actions (fleurissement, ...), à travers un journal de quartier (proposition de M. Badou), ...

Des participants ont sollicité l’avis des conseillers municipaux présents et notamment sur l’intérêt qu’ils portaient à cette démarche participative, sur leurs attentes,... Ce fut l’occasion de rappeler quelques points :
- Les élus ont en charge la gestion de la ville, il est illusoire de penser qu’ils puissent demander l’avis des conseils de quartier sur tous les points qui sont traités quotidiennement dans une agglomération de cette taille. Les CCQ peuvent être sollicités en priorité sur ce qui est sensible ou pertinent pour les habitants. De plus les élus ne travaillent pas qu’avec les CCQ mais avec bien d’autres partenaires y compris les habitants eux-mêmes.
- Ils constatent une évolution positive dans le fonctionnement des CCQ et pensent qu’il sera de plus en plus possible de se saisir de dossiers en amont (ex du secteur Cerdan). Si aujourd’hui des dossiers sont déjà bien avancés pour agir concrètement (ex Clemenceau), d’autres ont commencé à faire une place au CCQ (St Louis, St Martin). Les élus présents ont exprimé leur satisfaction sur ce dispositif qui se met en place, même s’il reste encore des choses à améliorer. Ils ont invité les conseillers à prendre des initiatives et ne pas attendre tout des élus. Ils n’ont pas d’a priori sur l’organisation à mettre en place et laisse toute latitude aux conseillers qui le désirent de se réunir entre eux (la ville peut prêter des salles). Par contre, ils ont faire part d’une certaine déception quant à la faible participation des conseillers lors des visites de quartier organisées en mai juin.
- Ils ont invité les conseillers à utiliser les moyens mis à disposition par la ville pour participer : la lettre des conseillers, les formations, Direction de la proximité...

L’échange sera à poursuivre notamment à partir de la rédaction de la charte (dernier trimestre 2006) et la définition de groupes de travail sur des actions concrètes, ...

4 - Questions diverses :

Journal de quartier (proposition de M. Badou) cf. discussion dans le point précédent

M Labat Ségalen a posé la question de l’installation d’un nichoir pour les faucons pèlerins qui se sont installés sur le port de commerce. Le service santé de la Ville et l’association Bretagne Vivante travaillent à cette mise en place d’une plate-forme permettant d’accueillir ces oiseaux en complément des 2 nichoirs installés pour les faucons crécerelles. Une réflexion est entamée sur le lieu d’implantation : une pile du pont de Recouvrance ou les falaises du port. Cette 2nd piste semble plus adaptée et le projet devrait être plus avancé après l’été. Le conseil sera tenu informé des suites données.

Démission de M. Luc Mangold pour des raisons professionnelles

Les 20 et 21 octobre 2006 l’ADELS organise à Dijon les 10èmes rencontre de la démocratie locale. Une délégation brestoise de 12 personnes fera le déplacement et il est proposé que chaque quartier puisse y être représenté. La ville s’est proposée pour animer un atelier lors du forum du vendredi après-midi sur le thème « Quelles relations entre élus, techniciens et habitants ? » en s’appuyant sur le travail réalisé pour l’élaboration de la charte de relation.

5 - Calendrier des rencontres à venir

- 20 septembre 2006 : Proposition d’une réunion sur le projet St Louis ouvert aux conseillers qui le souhaitent pour un échange sur les projets et leurs évolutions avant la séance du jury du 26 septembre.

- 18 octobre 2006 : Proposition d’une réunion spécifique sur le thème de la sécurité avec le capitaine Kerdraon, responsable de la Police Nationale du Centre ville, et Luc Etienne Mollière, responsable du Comité Local de Sécurité

- Prochaine réunion plénière du Conseil Consultatif Brest Centre jeudi 28 septembre 2006 sur le thème du commerce en centre ville

Mis à jour : vendredi 6 octobre 2006

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article