université d’été des centres sociaux en Rhône-Alpes.

Bourg en bress, 8-10 septembre : Développer les pouvoir d’agir des habitants

Notre société est régulièrement secoués par de grands
mouvements devant lesquels nous nous sentons démunis voire
impuissants : la mondialisation économique, les inégalités
sociales croissantes, la peur de « l’étranger » ou du « jeune », la
destruction irréversible de la nature, l’isolement et le repliement
sur soi...

Devant ces questions de société, quels sont encore nos
capacités d’action ? La complexité peut si facilement décourager
l’engagement ! Certains se consacrent alors à une dimension
plus « personnelle », à l’individuel, au psychologique. D’autres
cherchent des alternatives, d’autres formes de vie en société,
des pratiques de participation conviviales, d’économie sociale et
solidaire, de simplicité volontaire... D’autres encore se révoltent,
se brûlent ou incendient des voitures.

Tous les acteurs bénévoles et salariés des centres sociaux sont
traversés par ces mouvements. Ils participent à la fois aux
problèmes et aux solutions. Les centres sociaux et leur fédération
font partie intégrante de cette société et sont donc composés de
pratiques qui tantôt renforcent les crises et les exclusions et
tantôt font éclater les potentiels de création, d’invention et de
renouvellement d’une vie en société.

Au sein des centres sociaux, le pouvoir des habitants est
cependant bien souvent sous-estimé. On réduit parfois leurs
places à des pratiques de loisirs comme s’ils n’avaient pas de vie
sociale hors du centre sociale. Comme le dit un peu abruptement
peut-être Daniel, un bénévole de l’union régionale : « dans les
centres sociaux, le pouvoir des habitants, c’est pour causer, c’est
du blabla. Le pouvoir des financeurs, c’est du réel. Le pouvoir
aux professionnels, c’est une question de survie, ça les fait
vivre »

Pourtant, nous partageons au sein de la fédération une ambition
de transformation sociale. Alors ? Est-ce qu’on peut prendre le
temps de confronter nos pratiques et nos ambitions ? Est-ce
qu’on peut estimer quel est le chemin à parcourir dans les
années qui viennent ? Est-ce qu’on peut imaginer comment
développer « les potentiels » de nos situations professionnelles et
militantes ?

Plus d’information

Rhône-Alpes Centres Sociaux

Mis à jour : lundi 26 juin 2006

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article