Cinécabaret Mardi 18 avril 2006 à 20 H 30 à l’Espace Vauban

Des graines sur le béton

Un film co-produit avec les habitants de Kérourien

Un livre écrit par les habitants, d’abord, puis un film aujourd’hui. La mobilisation de kérourien, à la suite de l’élection présidentielle de 2002 et la création du collectif couleur quartier, ne faiblit toujours pas. Elle s’enracine dans ce quartier populaire qui croit au mélange des genres et à la vie paisible Ensemble.

. Brest (29 - France)

ENTREE GRATUITE

Projection du film documentaire : "DES GRAINES SUR LE BETON" Et Kérourien fleurit...

2006/Genre film documentaire/Couleur/Sonore/Format d’origine mini DV

Réalisatrice : Véronique PONDAVEN

Le film d’une heure environ porte le titre "Des graines sur le béton" et est à mettre au crédit de Véro PONDAVEN à qui l’on doit déjà le pertinent "20 ans à Molène, jamais molénais".

La réalisatrice reste modeste après plus de deux mois de travail avec les habitants du quartier de Kérourien. Travail sur "zone" s’empresseront de rajouter certains...
En arrivant dans ce quartier réputé difficile voir même comparé à une banlieue de Brest, où un appartement lui avait été laissé à disposition,
Véro PONDAVEN n’était pourtant sûre de rien. "Je vois ce que tout le monde voit, ce qui se passe dans les banlieues. Je suis arrivée avec des préjugées, avec la peur des jeunes à casquettes", admet celle qui a aujourd’hui radicalement changé d’avis. "Les gens ont été adorables et très sympa". Moi, j’habite à St Martin (quartier centre de Brest) et je peux vous garantir qu’il n’y a pas autant d’échanges dans les rues", avoue celle qui s’est pris au jeu d’une commande, "en jouissant d’une liberté presque totale".

Le commanditaire, le collectif couleur quartier s’est lui aussi réjoui du résultat. Par la voix de Lucienne MONFORT, figure de proue de Kérourien, il explique son premier objectif qui l’obsède depuis.

"Après le coup de Trafalgar, en 2002, nous en avons eu assez d’entendre parler de racisme et d’intolérance, de ce climat négatif. Nous voulions dire au quotidien, des tas de trucs chouettes qui se passent ici dans note cité".
D’où l’idée de collecter des témoignages du quartier et consignés dans le livre "Couleur Quartier",
sortie en 2003 et préfacé par Paul LE GUEN, Jean-François COATMEUR ou Clémentine CELARIE. "Mais il nous restait un peu d’argent", poursuit Michelle CLOATRE, "alors nous avons voulu ajouter des images à l’écrit", étant clair que le cinéma agit sans doute encore plus dans l’évolution des mentalités, pour servir cette volonté de faire bouger les lignes et de montrer "qu’entre les dealers et les Zidane, 98% des gens vivent normalement, travaillent et se parlent". Retour au réel !

Un combat de chaque instant fort fructueux du côté de kérourien où l’on fête sans souci l’Aïd, l’Epiphanie ou le nouvel an chinois de la même manière et tous ensemble, où l’équipe de foot s’appelle "Benetton" en référence au mélange et n’hésite pas à perdre un match quand quelques insultes imbéciles et racistes fusent, où "mais je ne devrais peut-être pas le dire", aucune voiture n’a brûlé à l’automne. Pour le comprendre, il faut sûrement aller voir le film de Véro PONDAVEN.
Une surprise attendra les participants à la projection.
Au plaisir de vous y retrouver
L’équipe de Couleur Quartier et la Cinémathèque de Bretagne

- Le site couleur quartier
- Le projet internet de quartierL’adresse originale de cette article est http://www.a-brest.net/article2358.html

Mis à jour : mardi 18 avril 2006

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article