Conseil de quartier de Brest Lambezellec du 10 mars 2005

Compte rendu du conseil consultatif de quartier

Lambézellec
Imprimer la page

La 1ère réunion plénière trimestrielle du Conseil de Quartier pour l’année 2005 a eu lieu le 10 mars. Pour mémoire, les 3 autres réunions sont prévues les 9 juin, 22 septembre et 8 décembre.

A l’ordre du jour :

1. le compte-rendu de la réunion du 9/12
2. renouvellement du Conseil
3. le compte-rendu de la rencontre organisée par l’A.D.E.L.S (Association pour la Démocratie Locale et Sociale) à Niort les 28 et 29 janvier dans le cadre des 9èmes rencontres de la Démocratie Locale
4. le point sur l’activité de la Commission « Vivre Ensemble »
5. le point sur la Commission « Circulation »
6. le bilan sur les formations proposées aux Conseillers de Quartier
7. le P.A.D.D (projet d’aménagement et de développement durable de Brest Métropole Océane)

Compte-rendu :

1er point :
Le compte-rendu de la séance du 9 décembre concernant le bilan à mi-mandat présenté par Monsieur Le Maire, est validé sans objections.

2ème point :
Brièvement, Madame MILIN rappelle les règles de fonctionnement concernant le Conseil. Il a été élu pour 2 ans, soit jusqu’à la rentrée prochaine. En ce qui concerne le collège habitants, il est prévu un renouvellement de la moitié de ses membres. Un courrier sera donc adressé aux conseillers afin qu’ils signalent s’ils souhaitent ou non poursuivre leur action au sein du dispositif.

3ème point : Les 9èmes rencontres de la Démocratie Locale :

Ces rencontres organisées par l’A.D.E.L.S ont eu lieu à Niort les 28 et 29 janvier. Une délégation brestoise de 13 personnes s’y est rendue.

Le Conseil du quartier de Lambézellec était représenté par Madame Odile LE GUERN-POUPELIN et Monsieur Jean-Yves LE ROUX. Ils font part aux Conseillers présents de leurs échanges.

« Etaient présents des représentants de conseils de quartiers très jeunes comme Brest ou plus anciens, d’une quinzaine d’années environ. Des forums de discussion, il est apparu, une grande diversité dans la composition et le fonctionnement des conseils de quartiers. Certains fonctionnent sans élus. D’autres sont ouverts à tout habitant intéressé. Parfois les conseils se préoccupent à 90 % de voirie. Mais des actions dans le domaine de la pauvreté, du logement social ont également été signalées ainsi que l’implication dans la préparation de budgets ou dans des projets architecturaux. C’est en général quelque chose de nouveau et la place des conseils de quartiers au sein des élus n’est pas encore bien définie. Un souhait de formations s’est fait sentir. En tout cas, la rencontre entre conseillers a été très enrichissante et Monsieur BRIANT a lancé l’idée d’une rencontre entre les conseillers de quartier de Brest vers la fin de l’année ».

Madame MILIN s’interroge sur les différences constatées au niveau du fonctionnement des conseils. Est-ce dû à la taille des villes ? Un conseil travaille sans doute différemment selon qu’il s’investisse sur un grand ou un petit quartier. « Apparemment, les différences de fonctionnement ne découlaient pas de cela. Sans doute les conseils de quartiers deviennent-ils ce que les gens veulent en faire. Le conseil de quartier de la Rive Droite a fait part de son évolution. Il a mis en place des conseils d’habitants qu’il « chapeaute » et qui sont ouverts à tout le monde. Certains ont un rôle de médiation ».

A un conseiller qui s’inquiète du peu d’assiduité des élus aux réunions, Madame MILIN signale leurs emplois du temps très chargé. L’élu du quartier, président du conseil de quartier, est toujours présent aux réunions plénières. Les autres élus, représentant la municipalité à des réunions concommittantes, ne peuvent pas toujours se libérer. Pour autant, nul ne peut dire qu’ils se désintéressent du Conseil !

4ème point : La Commission « Vivre Ensemble » :

Monsieur KERAVEC rappelle que la réunion de présentation du C.L.S n’avait pas totalement satisfait les conseillers du fait de l’absence de la police.

Il s’est fait le porte-parole des conseillers des autres quartiers s’investissant sur le thème « sécurité-vivre ensemble » et a envoyé un courrier au commissaire divisionnaire MAURER dans le but d’obtenir une réunion de présentation du fonctionnement de la Police à Brest.

Les conseillers concernés seront avertis dès arrivée d’une réponse.

5ème point : La commission circulation-transport :

Monsieur APPERE fait part de l’action de la commission.

Elle s’est réunie 3 fois au cours du trimestre en présence de 3 à 6 conseillers et de Messieurs MARCHAND et QUERE, I.D.P à la Mairie de Quartier de Lambézellec.

A. LE GLEAU, responsable du service circulation-transport, s’est jointe à la dernière réunion afin d’échanger sur la sécurité aux abords des écoles.

1. La Croix Rouge :

• Porte Boulevard Léon Blum :

Des photos ont été prises par les I.D.P aux heures d’affluence aux abords du collège. Elles montrent des problèmes importants au niveau de la sécurité, notamment au niveau de l’entrée située Boulevard Léon Blum.

Madame LE GLEAU a signalé le projet de transformation du carrefour. Une amélioration a déjà été apportée par la création d’un « tourne à droite » du Boulevard Mirabeau vers le Boulevard Léon Blum.

La commission a sollicité une amélioration de l’éclairage ainsi qu’une création de barrière de chaque côté du boulevard Léon Blum qui aura pour objectif de protéger élèves et piétons. Egalement sollicitée, une amélioration de l’entrée de la rue d’Argentré. Un rendez-vous est prévu avec le directeur de la Croix-Rouge.

• Porte rue Mirabeau :

Problèmes également aux heures d’affluence. La Commission souhaite que les véhicules des parents ne soient plus autorisés à pénétrer dans l’établissement. Une conseillère fait part de son inquiétude si, de ce fait, les parents s’arrêtent dans la rue.

• Porte rue Robespierre :
La commission demande une prolongation de la barrière de sécurité. Une autre porte existe un peu plus haut devant laquelle la commission souhaite également la pose d’une barrière.

2. Ecole Rostand :

La commission suggérait la pose d’une barrière sur la partie médiane. C’est impossible car cela empêcherait l’accès aux garages des maisons situées sur la rue. Il faudrait également empêcher les automobilistes d’emprunter la rue Renaud en tournant à gauche.
La commission souhaite également que l’école soit mieux signalée.

3. Ecole Saint-Laurent :

La commission a recueilli 2 demandes du Directeur : il souhaiterait que soit étudiée la possibilité de limiter la vitesse des véhicules remontant la rue de Bohars. Il souhaite également la matérialisation d’un passage protégé non pas devant l’établissement mais en décalé et rehaussé.

Il faut signaler que 3000 véhicules par jour passent dans la rue de Bohars. Une pente à 4 % ne permet pas la pose de ralentisseurs.

Madame LE GLEAU va étudier la possibilité d’un rétrécissement de chaussée et la pose de barrières.

4. Ecole Buisson :

A partir du mois de mai et durant les travaux de la Maison de Quartier, les élèves utiliseront l’entrée de la rue Robespierre.

La Commission s’interroge sur les moyens de sensibiliser les parents à la sécurité de leurs enfants. Elle souhaite la possibilité d’utiliser l’ancien terminus Bibus en stationnement minute.

Avant de clore le sujet, un conseiller s’étonne que Madame LE GLEAU ait dit qu’il y avait peu d’accidents aux heures de sorties des établissements scolaires. Il rappelle le récent accident mortel Avenue Le Gorgeu.

Un autre conseiller souhaite obtenir une évaluation financière des travaux sollicités par la commission. Il voudrait également connaître les statistiques sur les accidents concernant la rue Marcellin Duval et le Boulevard de l’Europe.

6ème point : Les formations.

L’initiation à l’Internet a été suivie par 6 conseillers de Lambézellec. 5 ont participé à la formation aux techniques journalistiques, 1 à la conduite de réunions, 5 à la formation proposée par la C.C.I.

Dans l’ensemble les conseillers analysent positivement leur participation à ces formations. Un petit bémol pour la formation informatique. La formation proposée par la C.C.I (prise de paroles, de notes, conduite de réunions) avait lieu 4 fois 3 heures de 17 H à 20 H et est qualifiée de « très, très intéressante ».

Un conseiller estime que ces formations ont un caractère personnel et n’apportent rien au conseil de quartier. Un autre fait remarquer leur coût et la chance qui est offerte aux conseillers d’y participer.

7ème point : le P.A.D.D.

Madame CLEACH et le service urbanisme ont présenté le P.A.D.D le 24 janvier à la Maison des Syndicats. A cette occasion des documents ont été remis à chaque conseil de quartier. Plusieurs conseillers de Lambé étaient présents dont Monsieur KERAVEC qui retransmet le projet par power-point.

Le document est consultable à la Mairie de Lambé.

NB : Madame LE GUERN-POUPELIN rappelle aux conseillers qu’elle attend des articles à insérer dans « la lettre des Conseils de quartiers ».

LA PROCHAINE PLENIERE AURA LIEU LE :

JEUDI 9 JUIN à 18 H, salle Pierre Corre

Mis à jour : vendredi 3 mars 2006

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article