Vers un atlas des communs ?

Le jardin Capucine, potager en milieu urbain animé par Terre des Possibles

Après doc@Brest, une deuxième écriture pour tester la proposition d’un Atlas des communs au pays de Brest, merci de vos remarques pour améliorer la compréhension des communs autour de nous.
http://www.a-brest.net/article21418.html

Ce texte est une première version soumise au collège de l’association Terre des Possibles.

Créée en 2009, l’association Terre des Possibles anime et entretient un jardin permacole en milieu urbain dans le quartier de Recouvrance, le jardin Capucine (anciennement animé par Vert le Jardin).
Ancien jardin privé en friche, cet espace a été mis en partage via la création de l’association et la signature d’une convention avec le propriétaire de l’immeuble et du jardin adjacent.

La communauté

Qui sont les membres ? Ouvert à qui ?
Les membres de l’association Terre des Possibles, participant à l’entretien du jardin, du compost et du poulailler. Ils sont une trentaine, certains très actifs, d’autres sympathisants.
L’association est ouverte à toute personne désireuse de participer aux différentes actions et activités proposées ou tout simplement de la soutenir
Le jardin quant à lui, est ouvert aux adhérents de l’association (jardiniers, utilisateurs du compost,...) ainsi qu’aux habitants de l’immeuble (quasiment tous adhérents).

Les ressources

Quelles sont-elles ?
Plusieurs ressources matérielles sont mises en partage et gérées collectivement au sein de l’association :
- le jardin potager
- les composteurs partagés
- la grainothèque
- le poulailler

Il est intéressant de noter que des ressources immatérielles (connaissances, recettes,...) sont également disponibles sur le site de l’association sous licence Creative Commons (By-NC-SA). Actuellement, Terre des Possibles semble faire figure d’exception dans la mesure ou peu de jardins partagés formalisent leur volonté de partage sincère à travers l’utilisation des licences ouvertes.

La gouvernance

Quelle organisation, animation ?
Le jardin est entretenu par les habitants et jardiniers, chaque butte de culture est gérée plus spécifiquement par un ou des "référent-e-s". Des journées de jardinage collectif ont lieu un samedi par mois.
Toutefois, les buttes ne constituent pas des parcelles privées à proprement parlé. En effet, lors des journées de jardinage collectif, par exemple, les participants viennent aider sur des buttes sur lesquels ils ne sont pas "référents".

Les composteurs et le poulailler sont gérés par les habitants et adhérents (certains le sont uniquement pour l’utilisation du composteur) et, plus spécifiquement animés par une membre de l’association participant au réseau des guides composteur-pailleur.

La grainothèque est à disposition des adhérents. Elle est notamment remplie à l’occasion de temps conviviaux d’échanges de graines, avec une sensibilité particulière accordée aux semences libres et reproductibles.

Quelle prise de décisions ?
Terre des Possibles a fait le choix d’un fonctionnement de type collégial, il y a ainsi 9 co-présidents membres du collège. Les réunions sont mensuelles et dites de "collège ouvert", c’est à dire ouverte aux autres adhérents de l’association.
Les prises de décision sont basées sur la recherche de consensus entre les membres. Des choix sont également effectués via des sondages en ligne (sur des sujets peu "conflictuels"), c’est alors un système de vote à choix multiples qui s’applique.
Il n’y a toutefois pas de mode de prise de décision réellement formalisé au sein de l’association.

Quelle régulation, quelle gestion des conflits ?
Il n’y a pas de mode de régulation, ni de gestion des conflits clairement établi. Ceux-ci sont résolus au coup par coup, de manière informelle lorsqu’ils adviennent.

Comment le projet permet il la contribution de chacun ?
Tout membre désirant proposer une activité au sein de l’association est libre et invité à le faire. Avec le soutien des membres de l’association, il est alors "responsable" de l’événement (organisation, choix de la date et du lieu...).
L’information circule au sein de l’association via des listes de discussion, permettant ainsi de faire remonter les envies et propositions.

Concernant plus particulièrement le jardin, le fait qu’il soit en zone privée et nécessite le passage par l’entrée de l’immeuble ne permet pas un accès permanent à tous les membres de l’association. Certains membres (référent-e-s, utilisateurs du compost,...) disposent donc d’un double des clés afin de faciliter l’accès au jardin.

Protection et pérennité du commun

Comment est protégé le caractère "commun" du projet ?
Une convention entre le propriétaire et l’association a été signée, formalisant la mise à disposition de l’espace privé à l’association pour y développer ses activités de jardinage. L’éventualité d’un changement de propriétaire et d’une remise en cause de la convention n’est pas évoquée au sein de l’association.

Les moyens humains et financiers les partenariats

Quels partenariats ?
- Terre des Possibles est partenaire d’Ekoumène et est utilisatrice du local autogéré récemment construit dans lequel elle organise réunions et ateliers.
- Proche de Vert le Jardin, bien que non-membre du réseau, et du réseau des guides composteur-pailleur.
- Adhérente au Cicodes et participante au festival Alimenterre.
- Adhérente à Infini et utilisatrice des services libres proposées.

Quels financements, quelles contributions par les usagers et partenaires ?
Depuis le départ de l’ancien salarié de l’association il y a quelques années, Terre des Possible ne fonctionne qu’avec les recette liées aux adhésions et différents événements, sans subvention.
Les ateliers et projections fonctionnent autant que possible selon le système du "prix libre".

Pour l’entretien du jardin et les activités proposées, l’association bénéficie parfois de prêts de matériels par des membres ou par la ville de Brest.

Quelle redistribution des ressources ?
Dans la mesure ou il n’y a pas de parcelles "privées", le partage des productions du jardin et du poulailler se fait de manière informelle.
En général, les légumes et oeufs sont mis à disposition dans le couloir de l’immeuble par les jardiniers récoltant la production.

Le partage

Quels sont les "communs" proches ou similaires ?
Les différents jardins et composteurs partagés de la ville de Brest, et plus particulièrement du quartier de Recouvrance.

Comment le "commun" est travaillé pour favoriser sa réplication, sa diffusion ?
Cette question n’est pas abordé dans le fonctionnement de l’association.

L’adresse originale de cet article est http://www.a-brest.net/article21526.html

Mis à jour : vendredi 20 octobre 2017

©© participation-brest, article sous licence creative common info