Conseils consultatifs, laboratoires démocratiques

Texte de Rémi Salaun

Saint Pierre
Imprimer la page

Le conseil d’habitants de Kérourien-Kéranroux s’est réuni pour la première fois le 8 novembre 2004. Une douzaine
de personnes y participent de manière
régulière. Au vu de leur mandat limité
dans la durée, les conseillers ont décidé
consensuellement d’essayer de traiter de
sujets qu’ils estiment prioritaires, de soutenir
ou d’impulser des projets innovants.

Ainsi, le conseil s’est penché récemment
sur le sujet sensible de réhabilitation de
la cité de Kéranroux dont les travaux sont
réalisés selon un programme de démolitions
et de reconstructions progressives
des habitations. Ces conseillers ont rencontré
les élus concernés et les responsables
de la CUB, de l’OPAC, du CCAS, avant d’assister à une réunion d’information
aux côtés des habitants. Dans l’intérêt
général les conseillers ont décidé de
prendre le rôle d’observateurs concernant
l’évolution de ce projet de réaménagement.
Le logement social, dans cette
période d’exclusion reste une question
prioritaire.

Le soutien à la création d’un jardin familial
de proximité et à la mise en place d’un
parcours pédagogique fléché dans la campagne
de Saint-Pierre, incroyablement
préservée aux portes de la ville, sont les
autres sujets soutenus par le conseil. Ils
sont l’émanation des habitants.

Concernant les grands projets urbains, tel
le plateau des capucins, tel le tramway,
les conseillers constatent que si l’information
verticale passe, les perspectives
technocratiques priment sur l’avis des
citoyens.

Les citoyens mènent également une
réflexion quant à l’application de cette nouvelle loi relative à la démocratie
locale, faisant de chaque conseil consultatif
de quartier un laboratoire. Ils font
cependant le constat que seulement 3%
des participants au CCQ ont moins de 25
ans. Ils ont décidé de se fixer pour objectif
la participation d’une jeune personne
du quartier au minimum.
Afin que la démocratie participative ne
soit pas un échec aux yeux de la population
et plus particulièrement auprès de la
jeunesse, le conseil d’habitants se pose
les questions suivantes :
- Avec quels moyens promouvoir la participation
citoyenne ?
- Comment les conseils de quartier peuvent-
ils créer du lien social ?

Texte tiré de la Lettre n°3

Mis à jour : vendredi 10 juin 2005

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article