CREATION D’UN SKATE PARK A PLOUGASTEL, ASSOCIATION PLO.

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

En 2008, encadrés par des animateurs du PLO, dix jeunes de l’association et de la ville de Plougastel-Daoulas, aidés par une quinzaine de jeunes en Chantier International ont construit des modules permanents pour améliorer le skate park à l’intérieur du gymnase dédié à cette pratique.

Dans quel contexte est née l’action ?

Plusieurs années en arrière, les jeunes skateurs pratiquaient leur sport d’abord dans des lieux publics. L’association PLO a été créée pour organiser et développer la pratique des sports de glisse à partir d’un lieu. Sous l’impulsion de son responsable, l’association disposait d’un gymnase à Plougastel-Daoulas dans lequel il fallait toutefois monter et démonter constamment le matériel car le gymnase était utilisé pour d’autres activités.

Pour augmenter les horaires d’accès et le niveau de pratique, il est devenu inévitable de changer d’outil et en obtenir un de qualité en construisant des modules fixes dans le gymnase, dédié depuis, spécifiquement à ces pratiques sportives.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

Un groupe de jeunes pratiquait le skate dans la rue. Ils sont entrés au centre social l’Astérie pour pratiquer dans le cadre d’une activité. Le centre social a aidé les jeunes à se constituer en un collectif puis en une association autonome afin de développer la pratique de ce sport. L’actuel responsable de l’association a obtenu son brevet d’Etat d’animateur concepteur dans ce domaine, ce qui a donné une légitimité au développement de la pratique.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Initiative

L’association voulait mettre à profit le local obtenu grâce à la mairie et créer un espace d’entrainement et de perfectionnement. Afin de répondre précisément à leur besoin et faire des économies financières, l’association a décidé de construire le Skate Park par ses propres moyens.

A quel enjeu répond l’action ?

  • Responsabilisation et implication dans la vie locale : Impliquer les jeunes par rapport à leur pratique. Le projet a été réalisé « par et pour les jeunes ».
  • Amélioration du vivre ensemble : Réaliser un équipement de qualité et accueillir des publics hétérogènes.
  • Capacités personnelles à maitriser ses choix : Les jeunes ont donné leur avis sur la conception. La réalisation s’est faite en partenariat avec des services de la ville et des associations de construction ainsi que le chantier international de jeunes.
  • Création de richesses collectives : Le résultat obtenu : le Skate Park est une richesse à exploiter. L’échange avec les jeunes en Chantier International a été très riche dans la découverte d’autres cultures et les liens tissés.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Pour la conception du projet :
  • Les membres de l’association et des représentants jeunes de chaque sport (skate, roller et BMX) ont participé aux réunions.
  • Les jeunes ont fait des propositions et réalisé des plans dont il a fallu tenir compte.
  • Les représentants jeunes ont fait le relais auprès des autres pratiquants et les ont informés de l’avancement du projet.
  1. Pour la réalisation du projet :
  • Des jeunes en Chantier international ont été accueillis et ont travaillé avec les jeunes pratiquants de l’association ainsi qu’un petit groupe de jeunes d’associations de la collectivité comme Don Bosco.
  • Une équipe d’animation encadre le travail des jeunes.
  • Les services de la ville ont participé au déroulement des travaux comme pour la livraison du matériel ou la collecte des déchets.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Implication des jeunes dans le projet tant à la réalisation qu’à la construction.
  • Appropriation par les jeunes d’un nouvel outil de qualité
  • Augmentation de la fréquentation
  • Promotion de leur sport par les jeunes investis
  • Partenariat pour la réalisation du chantier

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • L’implication des jeunes pendant et après le projet.
  • L’ambiance pendant les réunions de travail et le chantier.
  • La comptabilité du nombre d’adhérents.
  • La diversité des publics d’usagers durant l’année.
  • Le lien créé entre les jeunes participants.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

  • Des jeunes de Plougastel sont partis voir leurs amis étrangers et ont réalisé des Chantiers Internationaux ensemble.
  • Les jeunes ont vieilli et continuent de s’impliquer dans la vie du Skate Park : ils transmettent leurs savoirs aux plus jeunes.
  • L’augmentation du niveau de pratique a donné envie aux jeunes de se confronter à d’autres skateurs en organisant deux compétitions par an.
  • La bonne ambiance dans l’équipe a incité d’autres personnes à s’inscrire : le nombre d’adhérents a augmenté de 250 à 400 adhérents en un an.
  • Le travail d’équipe a permis de produire un équipement de qualité qui acquiert une renommée dont les jeunes et encadrants peuvent être fiers.

SYNTHESE


Ce projet est une réussite en matière de participation des habitants. L’initiative de ce projet d’envergure nécessitait l’implication et l’adhésion des porteurs du projet et des futurs utilisateurs usagers. C’est dans un souci de production d’un équipement de qualité et approprié que le bureau de l’association a proposé aux jeunes de travailler en partenariat. Cela demandait à chacun d’écouter et prendre en compte l’ensemble des propositions dans le but de répondre à l’intérêt général. Ce qui impliquait de créer les conditions permettant aux jeunes de se sentir légitimes à faire des propositions et d’accepter les critiques qui pouvaient être formulées vis-à-vis de leurs suggestions. La participation des habitants à la conception du projet permet une appropriation. L’outil est approprié à l’usage et, les participants se l’approprient pour leur usage.

Mis à jour : vendredi 30 novembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article