MARCHE DES 1 000 DANSEURS

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

La troupe professionnelle Tango Sumo a organisé un bal gigantesque dans le quartier de Pontanezen. L’objectif était de faire danser 1000 habitants du quartier et de la ville sur le « Boléro » de Ravel.

Dans quel contexte est née l’action ?

La compagnie a proposé son projet au Fourneau qui a trouvé les financements et lancé le projet.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

Le Fourneau a obtenu les financements grâce au Plan Espoir Banlieue, à la condition de donner une dimension sociale au projet qui à l’origine, n’en avait pas.

L’adhésion et la participation active des Conseils Consultatifs de Quartier et de la Mairie de Quartier de l’Europe a permis au projet d’être relayé et visible sur le quartier.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Information

La troupe professionnelle a mené le projet du début à la fin.

Les habitants n’ont pas eu la possibilité de proposer des modifications.

Le projet ne s’est pas adapté à la population du quartier.

A quel enjeu répond l’action ?

Professionnel.

  • Amélioration du vivre ensemble : Faire se rencontrer les habitants autour du mouvement et du toucher.
  • Renforcement de la démocratie : Rencontre des personnes de la ville et du quartier, sans tenir compte des différences d’âge, de niveau de pratique de la langue etc…
  • Evolution des positionnements des habitants : Les habitants peuvent découvrir ou mieux connaître les équipements de quartier.

Habitant.

  • Amélioration du vivre ensemble : Faire changer l’image négative du quartier.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Passer par le relais des associations du quartier : L’implication des CCQ lors des rencontres publiques sur le quartier donne une visibilité et une légitimité au projet. Les habitants sont incités à suivre un mouvement qui est porté par ces habitants.
  2. Recrutement : La danse a été présentée lors de soirées évènementielles dans le but d’embarquer des volontaires.
  3. Les complices du projet : Les habitants volontaires s’engagent à se mobiliser lors des évènements publics de présentation du projet dans le but de donner envie à d’autres habitants de se joindre au groupe.
  4. Aller à la rencontre : La troupe et les complices sont allés présenter le projet dans les établissements et institutions du quartier : dans les écoles, maisons de retraite ou foyer de personnes handicapées. Il fallait s’introduire chez les habitants pour mobiliser.
  5. Lieux de répétitions : Les répétitions se déroulent dans les différents équipements au coeur du quartier. (1 répétition annulée : conflit au coeur de Pontanezen).
    Lieu de représentation : Lieu neutre dans le quartier, au carrefour des micro-quartiers, accessible à tous, derrière la Mairie de Quartier. .
  6. Communication : Par affiches, tracts dans les lieux de passage, mail liste, halls d’immeubles, journaux locaux et livre de témoignages à disposition lors de la représentation.
  7. Mise en scène : Le jour J : Un tapis rouge déroulé à l’entrée sur le lieu de la représentation, le ruban d’inauguration est coupé par les professionnels ; Une exposition de photos donne à voir la mémoire du projet.
  8. Animation : La représentation s’est articulée avec un temps d’animation à l’échelle du quartier. A cette occasion les associations locales du quartier ont pu proposer des animations.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Mobilisation en nombre des habitants autour d’un projet.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Distribution de tickets à l’entrée dans le but de comptabiliser les participants.
  • Registre des avis mis à disposition pour recueillir les témoignages.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

La fête de quartier qui s’est tenue au même moment a permis d’articuler le projet dans un ensemble plus global.

La danse a donné lieu à une forte participation en nombre. Les habitants de Pontanezen ont participé à la fête de quartier organisée à l’occasion de la marche. L’implication des Conseils Consultatifs de Quartier a permis de mobiliser un grand nombre de personnes.
Une fois le projet terminé il n’y a pas eu de suite, la mobilisation a été sur un temps court.

Les CCQ ont soutenu ce projet mais ne souhaitent pas réitérer l’expérience, ils ont pour objectif de proposer des projets qui s’imprègnent plus des compétences des habitants du quartier et sur des projets à plus long terme.

SYNTHESE


Le Fourneau a une légitimité pour faire participer les habitants, ce qui a contribué à obtenir l’effet de nombre. Les habitants de Pontanezen ne se sont pas sentis concernés par la danse mais ont participé à la fête de quartier organisée à cette occasion. La danse est un moyen de communication qui nécessite les contacts physiques entre les gens, incluant la mixité, ce qui ne correspond pas forcément aux modes de vie et de communication de la population de ce quartier.

Mis à jour : vendredi 30 novembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article