Le réseau des composteurs pailleurs

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

Des habitants passionnés par la technique de compostage paillage sont recrutés par l’agent de développement de la collectivité qui leur propose de participer à un réseau de guides sur le territoire de BMO. Actuellement 60 guides bénévoles et diplômés compostent chez eux et organisent des projets avec les guides de leur commune, dans le but de faire connaître la démarche et faire changer le rapport de la population aux déchets. Leur ligne de conduite s’articule autour du fait que l’utilisation des déchets organiques et du paillis fait diminuer le poids des poubelles et de toute la chaine de consommation des déchets, ce qui a des conséquences sur l’environnement.

Dans quel contexte est née l’action ?

En 2009 une technicienne de B.M.O a suivi une formation ADEME, Agent de Maîtrise de l’Environnement, sur le compostage ainsi qu’une formation sur l’accompagnement des réseaux. Elle a organisé une enquête sur l’utilisation des composteurs, ce qui a permis de recenser les personnes intéressée par la formation de guide et la participation au réseau.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

Les guides composteurs ont un statut de collaborateurs occasionnels de la fonction publique qui leur offre une protection juridique, un contrat et une assurance lors de leurs actions.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Initiative

Les guides organisent librement leurs actions à l’échelle de leurs communes respectives.
Ils bénéficient d’un budget alloué par B.M.O ainsi que des moyens matériels.

A quel enjeu répond l’action ?

Professionnel.

  • Amélioration du vivre ensemble et de la qualité de vie : Faire participer les habitants à une équipe. Changer les mentalités en parlant du déchet sous forme de richesse.
  • Renforcement de la démocratie : les guides transmettent les pratiques de compostage-paillage autour d’eux « le message passe mieux PAR les habitants POUR les habitants ».
  • Capacités personnelles à maitriser ses choix : la gestion des déchets influence l’autonomie, modifie les habitudes de consommation et réduit l’empreinte écologique.
  • Responsabilisation : le guide connait les techniques de gestion des déchets, il est acteur et il transmet et incite ses voisins à modifier les habitudes.
  • Création de richesse collective : les habitants sont fiers d’appartenir à un réseau mais il est important pour eux de transmettre leurs savoirs.
  • Evolution des positionnements : tout ce qu’on vient de citer.

Habitant. (Une habitante interrogée).

  • Amélioration du vivre ensemble et de la qualité de vie : s’inscrire dans un groupe et des actions de bénévolat ; partager des idées, faire changer les mentalités.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. La technicienne de la ville fait une enquête d’état des lieux des pratiques de compostage sur le territoire et des besoins.
  2. Des café-compost sont organisés afin de s’ouvrir à son voisinage et de faire connaître la démarche.
  3. Le réseau est lancé par la technicienne de la ville, les guides commencent par les formations diplomantes.
  4. A l’occasion des formations, les groupes selon les communes se forment et se joignent aux précédents.
  5. La place du professionnel : la technicienne de la collectivité est catalyseur, motive et maintient le lien entre les guides. Elle connait chacun d’eux et les contacte parfois pour un conseil de jardinage.
  6. Les guides participent à une réunion plénière par trimestre et échangent sur les actions et leurs pratiques.
  7. Création d’un site internet pour donner de la visibilité.
  8. Création d’un logo et tablier des composteurs-pailleurs.
  9. Les guides ont pour projet de signer une charte d’engagement.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Inscription des guides et investissement dans le collectif
  • Transmission des pratiques de compostage paillage.
  • Organisation des projets à l’échelle de leur commune et de B.M.O. par les guides
  • Participation aux séances plénières pour rencontrer et échanger avec les autres guides.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Des groupes sont formés toute l’année.
  • Bilan des actions.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

6 groupes de formation soit 60 personnes formées.

Environ 40 personnes participent aux séances plénières qui sont des temps d’échange. (Cf. séance plénière du 7juillet 2012).

Les guides forment des groupes au sein de leurs communes et organisent spontanément des actions en direction de la population.

La technicienne de la collectivité est un outil pour les guides, ils prennent contact lorsqu’ils en ont besoin.

SYNTHESE


Les guides composteurs-pailleurs s’identifient à un groupe et sont fiers d’y appartenir. Leurs actions sont reconnues et soutenue par la collectivité comme d’utilité publique. La collectivité qui met à leur disposition les moyens pour monter des projets et la professionnelle qui accompagne le groupe impulse des envies, favorise les temps de rencontres et d’échange afin de dynamiser le groupe. L’obtention d’un diplôme donne une légitimité aux habitants vis-à-vis de la collectivité et de la population. Ainsi ils sont reconnus par leur diplôme et par le statut accordé par la collectivité cela favorise leur engagement.
(Utilité publique)

Mis à jour : mercredi 26 décembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article