Espace lecture à Keredern

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

L’espace Lecture Ecriture est un lieu où enfants et adultes peuvent se rendre pour lire et/ou emprunter des livres. Des activités autour de la lecture sont proposées par des intervenantes. La responsable de l’ELE propose parfois des activités thématiques. Le public du quartier est un public qui vient régulièrement. Actuellement, l’ELE accueille dans ses locaux le centre Social Ty An Holl pendant les travaux de réhabilitation de l’équipement. Cela positionne l’ELE comme un lieu clé de la vie du quartier. Des gens y vont pour des raisons diverses, s’arrêtent et découvrent alors l’ELE et ainsi l’envie de lire. Depuis, le nombre d’inscriptions a augmenté.

Dans quel contexte est née l’action ?

Un point lecture géré et animé par la maison de la lecture fonctionnait depuis de nombreuses années à l’école Paul Dukas. Le regroupement de l’école primaire et maternelle dans les mêmes locaux obligeait à prévoir la sortie du point lecture de l’école. Parallèlement, il était noté une faible représentation des habitants de Keredern à la médiathèque de Lambézellec, malgré une proximité géographique. Par ailleurs, il y avait un besoin de renforcer le lien social entre les habitants et développer les animations culturelles. Enfin, une opportunité immobilière s’est présentée.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

La mise en place du projet a nécessité la structuration du partenariat : un comité d’organisation, un conseil de gestion ou collectif de pilotage et des rencontres des acteurs du réseau. A ce jour un comité de pilotage se réunit une fois par an.

Dans le projet initial les habitants du quartier devaient avoir une fonction d’accueil, prêt du livre.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Consultation

Les habitants du quartier viennent à l’ELE pour emprunter, lire ou juste passer un moment.

La responsable animation de l’Espace Lecture Ecriture va à la rencontre de son public pour recueillir les attentes et les idées et proposer des animations. Lorsque cela est possible, elle propose des projets aux habitants en fonction de leurs attentes. Dans ce cas elle demande aux habitants de s’investir avec elle sur le projet.

A quel enjeu répond l’action ?

Professionnel :

  • Amélioration du vivre ensemble et de la qualité de vie : L’objectif est de créer du lien entre les parents et les enfants, mais aussi entre les personnes présentes. Aussi, il faut que les gens viennent, prennent du bon temps, s’amusent et rentrent chez eux de bonne humeur.
  • Autre « favoriser l’accès à la culture pour tous » : en développant le goût de la lecture, l’enjeu est de lutter contre les inégalités sociales.
  • Evolution des positionnements des habitants : Par la transversalité des actions proposées entre l’ELE et le Centre Social, il faut favoriser l’inscription en bibliothèque traditionnelle et fidéliser la population.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

Le Centre Social édite chaque année un livret de présentation des activités proposées et présente l’ELE dans le but d’informer la population de l’existence du lieu et ses animations.

Les personnes inscrites reçoivent des mails et des courriers les informant et les invitant aux activités en cours.

Le bouche à oreille fonctionne pour attirer de nouvelles personnes (les habitants viennent avec leur famille, leurs amis).

L’espace se trouve au centre du quartier, en face de l’école et à côté du Centre Social ce qui favorise l’accès.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Participation et implication des habitants au fonctionnement de l’ELE.
  • Emprunt régulier de livres par les habitants du quartier
  • Fidélité de la population et en particulier des enfants.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Le nombre d’adhérents (mise en place d’une carte pour chacun, même les enfants en bas âge ont leur carte de prêt personnelle).
  • Le nombre de livres empruntés.
  • La fréquentation
  • La participation aux animations
  • Les retours de satisfaction informels de la part des habitants.
  • Le nombre d’habitants impliqués dans le fonctionnement de l’ELE.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

943 prêts qui se répartissent comme suit : 27% adultes, 4% ados (12-17), 41% enfants (6-11) et 28% tout-petits (0-3)
2528 passages lors des ouvertures publiques soit 20% adultes, 19% ados, 41% enfants et 16% tout-petits.

558 participants aux animations diverses soit 24,4% adultes, 7,5% ados, 48,7% enfants et 18,6% tout-petits.

Les habitants viennent et reviennent, ils s’approprient le lieu. Des enfants viennent tous les mercredis, un public de parents vient tous les mois pour rendre et emprunter de nouveaux ouvrages.

Le public exprime sa satisfaction.

Les habitants ne sont plus engagés sur le fonctionnement de l’espace.

SYNTHESE


En matière de participation, le fonctionnement actuel de l’ELE s’est éloigné du projet initial. Les habitants ne participent pas suffisamment à faire vivre le lieu. Néanmoins, situé au coeur du quartier, l’Espace Lecture Ecriture est un lieu visible, ouvert aux habitants. L’accueil par la professionnelle leur donne envie de revenir, elle sait écouter et donner l’envie aux enfants de revenir et de participer aux activités. Un lien se crée entre la population qui fréquente le lieu.

Si les habitants ne s’impliquent pas plus, l’espace pourrait devenir semblable à une bibliothèque traditionnelle. La plus-value de la participation des habitants n’apparaîtrait pas de façon significative dans la vie du projet.

Mis à jour : mercredi 12 décembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article