Participation des habitants à Brest

Enquête des médiateurs urbains : Kerbonne et Liberté

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

Afin de recueillir de manière large, la perception des usagers en matière d’aménagement, d’éclairages, de cohabitation, sur les espaces publics, une enquête a été réalisée par les services de la ville de Brest sur les sites expérimentaux du Jardin de Kerbonne et de la Place de la Liberté. Les médiateurs urbains sont partis à la rencontre des habitants pour leur faire remplir un questionnaire. L’enquête a duré deux semaines, les médiateurs étaient présents de 8h à 20h et faisaient remplir le questionnaire aux passants.

Dans quel contexte est née l’action ?

C’est action s’inscrit dans le cadre de l’agenda 21. Elle fait partie de l’action 18 « Vivre ensemble sur l’espace public ».
La finalité de l’expérimentation consiste à tester une méthode destinée à évaluer la qualité du « vivre ensemble sur l’espace public ».

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

L’action s’appuie sur les compétences des médiateurs urbains dans le domaine de l’observation des usages sur les espaces publics. Il s’agit ici, à partir des résultats, d’apprécier si les conclusions des observations rejoignent les résultats des questionnaires.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Consultation

La collectivité recueille les points de vue des habitants. Ceux-ci ne formulent pas des demandes mais des observations. La collectivité à partir de l’analyse des réponses et des observations peut décider d’apporter des améliorations aux espaces ou non pour favoriser le vivre ensemble sur ces territoires.

Les enquêteurs prennent le temps d’échanger avec les habitants dans un cadre informel, à propos de la vie sur le quartier.

A quel enjeu répond l’action ?

  • Amélioration du vivre ensemble et de la qualité de vie : donner aux habitants la possibilité de signaler les dysfonctionnements et faire remonter leurs observations à la collectivité.
  • Renforcement de la démocratie : connaître les perceptions de la population sur le territoire et donner la parole à tous.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Les enquêteurs remplissent le questionnaire directement avec les personnes interrogées de façon anonyme. Les personnes ont la possibilité de refuser de répondre aux questionnaires.
  2. Parallèlement, les médiateurs, remplissent une fiche d’observation de la population et des usages des sites.
  3. L’équipe de médiateurs se scinde en deux afin d’être présents sur deux sites en même temps.
  4. Ils se positionnent sur les lieux de passage dans les espaces publics afin d’être visibles.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Recueillir des informations informelles sur les usages des espaces publics en discutant avec les habitants.
  • La population s’intéresse à l’enquête en cours et participe volontairement.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Le nombre de questionnaires.
  • Les pistes d’amélioration proposées par les habitants.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

133 questionnaires (soit 70 à la place de la Liberté et 63 au Jardin de Kerbonne).

Un groupe de 15 personnes sont venues ensemble répondre au questionnaire, le nombre leur permet de donner un poids à leur parole.
Les enquêteurs ont observé que certains habitants s’approprient le jardin et font des demandes individuelles.

SYNTHESE


La présence des médiateurs urbains auprès de la population a favorisé la participation des habitants à cette consultation et a permis le recueil de données. Si la démarche avait été réalisée par courrier, il y aurait eu moins de participation.
La consultation n’a pas donné lieu à un bilan ni à une restitution auprès de la population sur les résultats de l’enquête. L’espace public n’a pas forcément été modifié selon les propositions d’amélioration des habitants.
L’enquête a recueilli des avis individuels. C’est à la collectivité au travers de l’analyse de les traduire en intérêt général.

Mis à jour : dimanche 9 décembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article