Atelier urbain la fontaine Margot.

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

La ville projetait de créer un nouveau quartier d’habitations à la Fontaine Margot. Elle a engagé un cabinet d’étude chargé de mettre en place la concertation avec les habitants volontaires pour suivre le dossier. L’objectif de la collectivité était de faire adhérer les habitants à un projet d’envergure et de donner des éléments de compréhension de la collectivité et son fonctionnement. Les habitants des Conseils Consultatifs de Quartier ont été associés à la prise de décision.

Dans quel contexte est née l’action ?

Ayant la volonté de s’inscrire dans une démarche de développement durable, Brest métropole océane a choisi le projet de la Fontaine Margot pour tester la concertation dans le champ de l’aménagement urbain.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

La concertation s’inscrit dans le cadre de la démarche ADDOU (Approche Développement Durable dans les Opération d’Urbanisme) qui incite les collectivités à faire participer les habitants dans le cadre de l’aménagement urbain. L’organisation de la concertation est intégrée au planning du cabinet d’études ainsi qu’à l’agence d’urbanisme ADEUPA qui a créé les plans du nouveau quartier.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Concertation

La collectivité s’associe au groupe référent d’habitants, le Conseil Consultatif de Quartier fait des propositions aux professionnels.
Un habitant du CCQ participe au comité de pilotage et sert de relais d’information.

Si cela est possible, les propositions des habitants sont incrémentées au projet « on leur donne la parole, on essaye de prendre en compte et de faire. Si on ne le fait pas, ils savent toujours pourquoi et on explique les raisons. »

L’organisation de la concertation tient compte des temps de débat nécessaire à la production d’idées pour l’intérêt général.

A quel enjeu répond l’action ?

  • Autre : « Expertise d’usage ». Les habitants ont une connaissance du lieu. Ce sont les futurs utilisateurs du quartier. « Vous payez et vous savez pourquoi vous payez ».
  • Renforcement de la démocratie : La collectivité et ses services donne la possibilité aux habitants de mieux comprendre son fonctionnement et ainsi d’utiliser efficacement les services publics.
  • Amélioration du vivre ensemble et de la qualité de vie : La collectivité veut faire réfléchir la population à la diminution des charges de la collectivité. Modifier son comportement peut faire diminuer les coûts pour tous.
  • Evolution des positionnements des habitants : Faire évoluer les modes de vie où la collectivité gère tout. Inciter à mutualiser la gestion de l’espace et fait faire des économies à la collectivité ainsi qu’aux habitants.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Un courrier individuel est envoyé aux participants volontaires pour informer des dates lieux et horaires de réunion de concertations.
  2. Pendant la réunion, le cabinet d’étude présente un diaporama pendant 45min et l’autre partie du temps (45min) est réservée au débat.
  3. 8 ateliers sont organisés sur des thématiques relevant de l’aménagement urbain.
  4. Les habitants participant aux réunions peuvent écrire leurs remarques au responsable du projet de la collectivité, qui prend du temps pour leur répondre.
  5. Un habitant participe au Comité de Pilotage et relaye les décisions auprès de ses collègues.
  6. Les professionnels de l’aménagement urbain

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Faire adhérer les habitants au projet de la collectivité.
  • Donner de la lisibilité et une compréhension de l’action publique.
  • Les habitants s’investissent sur la durée et font des propositions qui étayent le projet.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Propositions argumentées par les habitants
  • Mobilisation des habitants sur la durée du pojet.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

  • Les habitants ont fait des propositions argumentées lorsque la marge de manoeuvre le leur permettait.
  • Les habitants sont restés mobilisés sur toute la durée du projet.
  • Le premier résultat sera celui de l’enquête publique, publiée au cours de prochains mois.
  • Les habitants expriment leur satisfaction d’avoir participé au projet, ils sont associés au processus de décision.
  • Tout le monde est présent lors des réunions et reçoit les comptes rendus par mail.
  • Les habitants sont dans l’attente de voir la phase de construction se concrétiser.
  • Les CCQ s’intéressent à d’autres projets d’aménagement urbain.

SYNTHESE


La méthode de concertation est mise en place par le cabinet de professionnels intervenants ainsi que par les services de la collectivité. Elle a permis aux habitants d’avoir une vision complète du projet. La restitution du travail est un élément déterminant qui permet aux participants de se sentir impliqués.

Les habitants découvrent le fonctionnement de la collectivité.

Mis à jour : lundi 10 décembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article