Participation des habitants à Brest

Conférence sur la santé mentale à Kerourien

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

Une grande journée autour de la santé a été organisée dans le quartier de Saint-Pierre, avec des animations le matin, l’après-midi et s’est terminée par une conférence sur la santé mentale le soir, afin de ne pas stigmatiser le sujet. La conférence s’est déroulée pendant 2h, environ 80 personnes y ont assisté. Il y avait beaucoup de professionnels, des associations et des habitants concernés personnellement par le sujet, mais peu d’habitants du quartier de Kerourien.

Dans quel contexte est née l’action ?

Suite à des troubles sur le quartier de Kerourien, qui ont nécessité l’intervention des pompiers et de la police, les acteurs associatifs du quartier ont fait remonter l’information à la mairie de quartier et au bailleur social (BMH) de la présence de personnes souffrant de troubles du comportement. Le voisinage et les professionnels s’interrogeaient quant aux réactions à avoir face à ces personnes en détresse et attendaient un accompagnement pour faire face parce que ça générait de l’insécurité, des peurs.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

La mairie de quartier et le Centre Social, ont organisé la conférence en partenariat avec les associations du quartier.

Le service Santé de la collectivité a donné les moyens à la Mairie de quartier pour l’organisation. Un psychiatre de l’hôpital a présenté les résultats d’une enquête sur les représentations des Brestois quant à la santé mentale.

Des participants avaient préparé leurs questions en amont de la conférence.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Information

A partir des interrogations des habitants, la mairie de Quartier et le Centre Social ont organisé la conférence pour informer et rassurer la population.
Les participants sont venus chercher une information à un moment précis. Ils n’ont pas participé à l’organisation.

A quel enjeu répond l’action ?

Professionnel.

  • Amélioration du vivre ensemble : Rompre avec les préjugés permet d’améliorer le vivre ensemble : Informer sur les réalités de la maladie mentale et ses conséquences dans la vie sociale des personnes malades.
  • Vulgariser et faire comprendre la maladie mentale, faire changer les représentations.

Habitant.

  • Amélioration du vivre ensemble : Etre rassuré.
  • Avoir des moyens pour faire face à des situations qui se reproduisent.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Plusieurs réunions d’organisation réunissent les partenaires associatifs pour interroger leurs attentes.
  2. Une mini conférence est organisée pour confronter l’organisation et la forme de la conférence auprès des associations. Le Service Santé accompagne les organisateurs.
  3. La conférence s’inscrit dans une journée complète autour de la santé afin de ne pas stigmatiser la thématique.
  4. La communication a été faite par affiches, par des articles dans le journal du quartier et par bouche à oreille.
    La Maire Adjointe de la Mairie Saint-Pierre a contacté un psychiatre par l’intermédiaire de son réseau professionnel. Cela donne de la légitimité au débat.
  5. Les participants ont la possibilité de poser des questions sur des billets anonymes.
  6. Les participants sont arrivés avec des questions déjà prêtes.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Les habitants participent pour s’informer sur une thématique qui les touche parfois dans leur quotidien.
  • Faire évoluer les mentalités à propos d’une maladie encore méconnue.
  • Avoir les moyens de faire face aux conséquences des troubles de comportement sur l’espace public.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Tous les acteurs relais du quartier étaient présents.
  • Le nombre de personnes présentes.
  • La satisfaction des habitants face à leurs interrogations

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

  • Toutes les chaises disposées étaient occupées.
  • Les participants se sont sentis écoutés et rassurés, ont obtenu des réponses.
  • Les habitants du quartier sont toujours en attente d’un accompagnement quant au problème à l’origine de la conférence.
  • Les associations du quartier demandent à approfondir la connaissance de la maladie mentale.

SYNTHESE


L’équipe d’organisation a ciblé les sujets à aborder pendant la conférence. La collectivité s’est saisie des attentes des habitants, certains partenaires associatifs du quartier ont relayé l’information et mobilisé autour d’eux. La participation a été à la hauteur des attentes des organisateurs. La présence d’un médecin spécialiste donne une légitimité pour aborder la thématique.

L’articulation de la conférence avec une journée générale sur la santé est un moyen d’aborder une thématique sensible sans stigmatiser les habitants.

Néanmoins les habitants du quartier, ont d’une part peut participer, et ceux qui l’ont fait restent toujours dans l’attente de l’accompagnement. Cette conférence est perçue comme une première étape.

Mis à jour : dimanche 9 décembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article