JOURNEES DE PREVENTION ET D’EDUCATION A LA CITOYENNETE

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

En novembre 2011, la ville de Brest, en partenariat avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), a organisé deux semaines d’ateliers en direction des collégiens de 4ème et 3ème sur le thème de la prévention et éducation à la citoyenneté. La ville de Brest en a défini l’organisation et la programmation en partenariat avec les chefs d’établissement. Ces derniers décident de faire participer leurs classes à des ateliers qui se déroulent à l’Hôtel de Ville. Les collégiens reçoivent des informations sur les droits, devoirs et sur l’éducation à la citoyenneté à propos de thématiques qui les touchent particulièrement.

Dans quel contexte est née l’action ?

Le CISPD regroupe les partenaires de la ville, la police, la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse) ; les élus et la Sous-Préfecture. C’est une instance d’échange d’informations et de concertation entre élus et sous-préfecture.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

Ce projet s’appuie sur le CISPD, le Conseil Intercommunal de Sécurité et Prévention de la Délinquance qui est un cadre national. Il est mis en place et adapté selon les villes et leurs équipes dédiées.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Information éducation

Les élèves reçoivent une information ayant pour but de leur faire réfléchir à leur comportement dans la société.

Les élèves sont sensibilisés à leurs droits et leurs devoirs de citoyen, dans le cadre de la vie quotidienne, l’école mais aussi la famille.

Les partenaires institutionnels et associatifs choisissent les thématiques abordées lors des journées en fonction de leur expérience du terrain et leur connaissance des problématiques, de ce qui est le mieux pour le public cible.

A quel enjeu répond l’action ?

  • Amélioration du vivre ensemble : le travail avec les acteurs de la prévention de la délinquance ainsi que les chefs d’établissement est primordial pour faire participer le plus grand nombre de collégiens
  • Autre « Educatif » : Il s’agit également d’apprendre aux enfants à vivre ensemble en collectivité et dans la société.
  • Renforcement de la démocratie : Favoriser les pratiques citoyennes comme par exemple faire prendre conscience à un élève des conséquences du vol. Informer des droits et des devoirs de chacun.
  • Responsabilisation dans la vie locale : Faire savoir aux élèves qu’ils sont responsables dans la vie quotidienne et ses différentes instances (famille, école, rue, loisirs).
  • Création de richesses collectives : Faire des choses ensemble entre professionnels et aller plus loin que la journée d’information.’

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Partenariat avec les chefs des établissements.
  2. Utilisation de « l’exposition 13-18 » construite il y a vingt ans par des jeunes
  3. Les élèves choisissent des fiches thématiques et cherchent des informations dans l’exposition qui leur est proposée. Grâce à cet outil ils peuvent ensuite soumettre leurs interrogations en débat collectif.
  4. Répartition du temps de l’atelier : 1h30 partagée en temps d’information et lecture des affiches et une partie débat.
  5. Un questionnaire est distribué aux élèves à la fin de la séance afin de recenser les thèmes qui ont suscité de l’intérêt.
  6. Un questionnaire de satisfaction est envoyé aux CPE et responsables d’établissements afin d’avoir un retour de point de vue par les professionnels.

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Informer le plus grand nombre d’élèves aux droits, devoirs, risques et formes de la vie en société.
  • Intéresser les élèves par des sujets qui les concernent directement en adaptant chaque année les thématiques proposées.
  • Satisfaire les chefs d’établissements dans l’offre d’accès aux ateliers.
  • Sensibiliser à la citoyenneté.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Le nombre de classes participantes.
  • Le nombre de questionnaires remplis.
  • L’observation pendant les ateliers.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

  • 857 élèves en 2011.
  • 100% de retour de questionnaires car les éducateurs veillent à ce que chacun réponde à la fin de l’atelier.
  • Appel aux responsables d’établissement pour un retour sur leur satisfaction et ce que cela a produit dans la vie de l’établissement.
  • Chaque année les chefs d’établissement souhaitent participer à nouveau aux journées.
  • L’impact réel dans la vie quotidienne est impossible à mesurer pour l’instant.

SYNTHESE


Les collégiens reçoivent des informations sur leurs droits et devoirs mais ils n’ont pas été consultés à propos des thématiques qu’ils souhaiteraient voir aborder lors des ateliers. Les partenaires décident sans consulter en amont de l’organisation.

Mis à jour : jeudi 29 novembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article