FESTIVAL CINEMAGHREB

De l’habitat à l’éducation en passant par l’économie, etc., notre territoire se développe par la contribution croisée de la puissance publique, de la vie associative sans oublier l’initiative citoyenne. Celles-ci renforcent la démocratie.

Cette fiche est le résultat d’une analyse comparative des divers entretiens réalisés par Leïla Milandou, stagiaire à la mission Développement Social Urbain de Brest métropole océane.

Lire les autres fiches

Description

Le festival Cinémaghreb est un festival de cinéma organisé pendant deux semaines chaque année depuis 2007. L’objectif est de faire découvrir et mieux faire connaître la société et la culture du Maghreb à travers sa création cinématographique, trop souvent méconnue et peu diffusée en France et à Brest. Parce que le cinéma est un art qui peut bénéficier d’une large audience, il est un médiateur culturel intéressant. La diffusion dans des lieux différents et auprès d’un public diversifié permet ainsi de toucher un large public. Des temps particuliers sont dédiés sur des quartiers prioritaires de Brest qui permettent de travailler en lien avec des équipements socioculturels et de proposer une programmation plus riche autour du film, et d’impliquer des habitants dans sa préparation. Cela permet de créer des temps forts autour d’un film, d’un pays ou d’un thème, et d’y associer des moments de convivialité et d’autres formes artistiques (musique, chant, exposition de photos, …), ainsi que des débats

Dans quel contexte est née l’action ?

Les associations ont fait de l’absence de la valorisation de la culture du Maghreb, et de la méconnaissance voire de l’ignorance du grand public sur la société maghrébine à Brest et alentour.

Quel cadre a nécessité la mise en oeuvre de l’action ?

A l’initiative d’ADELCA (Association de Développement des Langues et Cultures Arabes) qui a associé l’AAPRI (Association Algérienne pour les Relations Interculturelles), et qui s’est étoffé d’un large partenariat progressivement, au premier rang desquels quelques équipements socioculturels.

Dans quel registre de la participation se situe l’action ?

  • Information éducation

La participation aux séances est une simple présence. Cette présence aux séances peut être le résultat d’un travail de relais des professionnels qui accompagnent les habitants.

La contribution des habitants est plus importante lorsqu’il s’agit de l’organisation du temps festif ou de la soirée avec débats : organisation de la salle, présentation d’expositions d’accompagnement, préparation des collations, …

A quel enjeu répond l’action ?

  • Amélioration du vivre ensemble : Favoriser la mixité sociale, créer du lien entre les gens du quartier, lien intergénérationnel.
  • Responsabilisation et implication dans la vie locale : Faire sortir les gens de chez eux. Les faire participer à la vie du quartier, à l’organisation d’activités autour du festival.
  • Valorisation des personnes : utiliser les savoir-faire traditionnels de chacun pour organiser le festival (préparation de gâteaux).
  • Autre « Education à la citoyenneté » : Faire participer même quand ce n’est pas gratuit. Les habitants des quartiers prioritaires doivent savoir se mobiliser sur des projets qui ne sont pas gratuits, comme c’est souvent le cas.

Quelles méthodes participatives ont été employées ?

  1. Les professionnels du quartier organisent des activités autour du thème toute l’année.
  2. Mobiliser la population : évoquer de manière informelle le festival, inciter à proposer des activité

Quels résultats étaient attendus en termes de participation ?

  • Faire participer le plus grand nombre de personnes possible.
  • Faire sortir des habitants habituellement isolés dans leur quartier.
  • Inciter les habitants à participer voire à organiser les festivités.

Qu’est ce qui permet d’évaluer les résultats ?

  • Les professionnels remarquent que pendant l’année les habitants manifestent leur intérêt pour le temps du festival, leurs attentes, s’inquiètent de l’organisation.
  • Les femmes du quartier prennent la main pour l’organisation opérationnelle, la préparation culinaire par exemple.

Quels résultats sont obtenus en termes de participation ?

  • Des rencontres se font grâce à la sortie cinéma.
  • Les habitants se disent contents et satisfaits.
  • Les habitants retrouvent des souvenirs agréables en regardant les films dans leur langue maternelle.
  • Le festival consolide le travail de toute l’année dans les équipements de quartier.
  • La projection de film n’est pas l’élément principal du travail effectué dans les quartiers.

SYNTHESE


Le festival a choisi d’être relayé par les acteurs de quartier afin de se donner une visibilité et toucher un public concerné par la culture maghrébine mais ne fréquentant pas les salles de cinéma. Le lien en proximité des habitants se fait toute l’année, il est soutenu par la mise en valeur des compétences des habitants. C’est pourquoi au fil des ans, le festival est entré dans les projets au long cours des équipements de quartier.

Mis à jour : vendredi 30 novembre 2012

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article