Conseil Consultatif de Quartier de Lambézellec

Compte rendu de la réunion du 23 septembre 2004 à Lambézellec

avce la discusssion sur l’usine d’incinération

Lambézellec
Imprimer la page

Renée MILIN accueille les participants et fait part de sa satisfaction pour la parution dans « Sillage » de la plaquette d’information sur les conseils de quartier.

1.APPROBATION DU COMPTE-RENDU DU 26 FEVRIER :

Foyer Papillons Blancs en construction rue Bonne Nouvelle : Un conseiller s’inquiète au sujet de l’entrée du Foyer. Les Inspecteurs du Domaine Public se chargent de vérifier par quelle rue elle se fera.

Un conseiller signale qu’il siège au nom d’une association et ne souhaite pas que son nom apparaisse en cas d’intervention.

Communication des travaux du Conseil :

- Chaque commission est responsable de la communication du compte-rendu. Il est de toute façon à disposition des conseillers en Mairie.
- Pour ce qui est des habitants, il est rappelé qu’il existe un site (participation-brest.net) où apparaissent les comptes-rendus des réunions des conseils de quartier.

Renée MILIN rappelle que la presse a fait largement écho de leur mise en place. Sillage vient de faire une plaquette sur ce thème. Un conseiller soulève la possibilité pour les commissions d’organiser des conférences de presse. Renée MILIN indique q’une telle initiative n’engage pas le conseil.

2.TRAVAUX DES COMMISSIONS :

Commission Ecologie :

Elle travaille principalement sur l’usine d’incinération du Spernot en collaboration avec la Commission du Conseil de Bellevue. Elle signale la difficulté rencontrée pour obtenir la transmission de documents volumineux et très nombreux et apprécie la présence des techniciens à cette réunion.

Commission Equipements Collectifs :

Elle a rencontré Jo ROBERT, présidente de l’Office des Sports. Sa présentation a permis un recentrage de l’action de la Commission au niveau des sports pour qu’il n’y ait pas de doublon.

Le planning des occupations de salles fourni par le service des Sports n’a pas encore été exploité.

Commission Circulation-Stationnement :

Elle s’est réunie le 10 mai et quelques solutions ont été apportées (ex : feux tricolores bas rue C. Péguy). Les membres se posent maintenant la question de la périodicité des réunions et même du maintien de la Commission puisque les problèmes ont été posés, voire résolus.

René MILIN estime que les Commissions gèrent elles-mêmes leurs modalités de fonctionnement.
Un des conseillers apprécie la présence des Inspecteurs du Domaine Public et signale le fonctionnement positif de cette commission par rapport à la Commission Ecologie, dont il fait aussi partie, qui obtient difficilement des réponses.

Commission Vivre Ensemble :

Le compte-rendu de la dernière réunion est distribué. La commission travaille avec les commissions similaires des quartiers de Bellevue et de l’Europe.

Une présentation du Conseil Local de Sécurité (CLS) aura lieu le mois prochain en Mairie Centrale.

Commissions inter-quartiers :

Commission déplacements :

Bibus y a présenté les transformations du réseau.
La ligne 2 ira jusqu’au rond-point de Coat-Bian. (terminus devant l’école Rostand)
Du 09/06 au 30/08 Bibus propose une « exposition-infos » à la Mairie de Quartier.

La mise en place du tramway demandera environ 2 années de travaux. Il circulera de Thales à Kergaradec en passant par les rues de Siam et Jaurès.
Pneus, rails, guidage ? Le choix n’est pas arrêté.

Commission Formation :

A partir des résultats de l’enquête, seront proposés à la Mairie Centrale en soirée ou l’après-midi 2 modules de formation :
- Conduite de réunion
- Prise de parole

La Commission travaille également sur une lettre d’informations destinée aux conseillers de quartier. Il s’agit de communiquer d’une façon chaleureuse et non technique sur le travail réalisé par les commissions.
Toutes les bonnes volontés sont appelées à prendre la plume.

3.INFORMATION :

Renée MILIN signale une réunion de présentation d’un avant-projet concernant la rue Marcellin Duval le 9 juin à 17h30 à la salle Pierre Corre, ouverte à tous.

4.QUESTIONS-DEBAT SUR : LA MISE AUX NORMES DE L’USINE D’INCINERATION

Messieurs Pierre-Yves CLAVIER et Philippe COTTOUR, ingénieurs de la CUB présentent le sujet.

Un conseiller remarque qu’il n’y a pour l’instant pas de normes en ce qui concerne les dioxines. Malgré cela, sont-elles traitées ?

En dépoussiérant, on élimine des dioxines. Après la mise aux normes de l’usine, l’élimination sera améliorée.
Pour l’instant, on trouve 0,3 ng/Nm3 dans les émissions (ce chiffre est une moyenne des 8 mesures prises en 2003).
Au 28/12/2005 il faudra arriver à 0,1 ng/Nm3 et le système actuel ne permet pas de respecter cette norme.

Un conseiller regrette qu’on privilégie toujours l’incinération au lieu de développer un autre système, par exemple la méthanisation.

La CUB a tout-de-même développé les déchetteries, la collecte sélective et le compostage.

Pour P. APPERE, le choix a été fait de construire une usine d’incinération. Il ne s’agit donc pas de revenir en arrière mais d’adapter l’existant à la nouvelle réglementation.

L’usine traite déjà les déchets de plusieurs communes et la mise aux normes va sans doute accroître le nombre des utilisateurs.

P. APPERE l’admet. Mais il ne voit pas d’autres solutions que d’adapter l’usine. C’est le genre d’équipement dont les habitants comprennent la nécessité mais qu’ils veulent voir s’implanter ailleurs que dans leur commune. Il reconnaît d’ailleurs que les élus préfèreraient également engager des sommes importantes, comme celle nécessitée par la mise aux normes, plutôt pour doter leur collectivité d’équipements plus valorisants (piscines, équipements culturels.....).

R. MILIN rappelle qu’aucune méthode de traitement n’est « magique », même l’hydrothermolyse. Chacune a ses limites et ses inconvénients et les collectivités essaient de se compléter. Par exemple, Brest accepte de traiter les déchets d’autres collectivités, mais certains de ses déchets sont dirigés vers d’autres communes.

P. APPERE met l’accent sur la surconsommation. Beaucoup d’emballages sont inutiles.

Un conseiller demande pourquoi ne sont pas réalisées des analyses sur le sol et les végétaux.

Des analyses ont été faites en 2004 et les résultats sont bons. Les chiffres seront transmis à la Commission Ecologie.

Un conseiller s’inquiète au sujet des mâchefers. Ils sont valorisés dans la réalisation des remblais mais ne sont-ils pas un pollueur à retardement ?

La double-filtration permettra de réduire les déchets ultimes. Pour l’instant, les mâchefers sont refusés par la commune de Ploudaniel et ils sont dirigés vers Caen. Le Pays de Brest cherche donc un lieu de stockage. Toutes les communes devront faire des propositions au Préfet.

Interrogations sur les conditions de mesure, les capteurs, la variation des dioxines en fonction de la température des fours.

Il existe une surveillance sur plusieurs niveaux. D’abord des mesures en continu des principaux polluants. Les données sont archivées sur ordinateur et un rapport mensuel est transmis au contrôle des Installations Classées. Ensuite, il existe aussi une mesure des dioxines 1 fois par trimestre, et 1 mesure annuelle sur la cheminée, par l’A.P.A.V.E.

Peut-on faire confiance à ces résultats car la Direction est prévenue du passage trimestriel des techniciens.

Même en jouant sur les conditions de combustion, les données seraient identiques et les techniciens ne se risqueraient pas à de telles pratiques.

Problème des odeurs :

Ce n’est pas lié à l’incinérateur mais à l’ancienne zone d’enfouissement. Un conseiller confirme qu’il y avait déjà des odeurs même plus importantes, avant l’implantation de l’usine.

Calendrier de la mise aux normes :
- Janvier 2002 : lancement du projet
- Mars 2004 : signature du marché
- Juillet 2004 : dépôt du permis
- Novembre 2004 : début des travaux
- Septembre 2005 : achèvement des travaux
- Octobre 2005 : mise en service.

Communication des documents :

Sur rendez-vous, les documents sollicités seront transmis pour consultation au service des Marchés ainsi que le CD Rom de la présentation.

En Mairie de Quartier, rapport de la C.L.I.S (Commission Locale d’Information et de Surveillance) et diaporama de la mise aux normes.

C’est la C.L.I.S qui gère le plan de communication mais les mesures des émissions pourraient peut-être être affichées en Mairie.

3ème four :

Les déchets collectés sur la C.U.B représentent la moitié des déchets incinérés et la collecte sélective a permis de diminuer ces derniers de 3000 T / an.
L’usine fonctionne à plein régime et ne peut augmenter le tonnage traité. Cependant, un troisième four n’est pas prévu.

Le Finistère étant déficitaire en installation de traitement des déchets, une réflexion est engagée au niveau départemental. Dans tous les cas de figure la construction d’un 3ème four serait soumise à enquête publique.

5 - QUESTIONS DIVERSES :

Manoir de Lanvian

Il a été incendié. Les institutions étaient conscientes de l’insécurité y régnant. La Mairie était en contact avec les Papillons Blancs lorsqu’ils étaient propriétaires du lieu. Par la suite, elle a fait part des ses craintes à l’entreprise Cofiporc, nouveau propriétaire et a demandé au Commissariat de Lambézellec d’effectuer des rondes.

Cofiporc doit commencer les travaux en septembre. La Mairie lui a rappelé qu’elle devait sécuriser les lieux et était responsable en cas d’accident.

Sécurité autour des sites nucléaires de Brest et de l’Ile Longue.

Une plaquette a été distribuée en Centre Ville. Des conseillers regrettent que l’information n’ait pas été plus large et souhaitent que ce document soit mis à la disposition du public en Mairie.

R. MILIN signale que la Préfecture et la Marine sont à l’initiative de cette information, suite à une loi relative à l’organisation de la sécurité.

Jo KERAVEC demande aux conseillers de réfléchir au fonctionnement du conseil de quartier afin de faire d’éventuelles propositions à la prochaine réunion plénière qui aura lieu le 23 septembre.

Word - 38 ko
CCQ27mai2004
Mis à jour : samedi 18 décembre 2004

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article