Rencontre avec Antony Auffret, chargé du numérique à l’association les petits débrouillards Bretagne

Initiation au numérique : 8 visas Internet Bretagne délivrés à Keredern

Lambézellec
Imprimer la page

Le Conseil Régional de Bretagne a mis en place le « Visa Internet Bretagne » fin 2008, pour permettre aux habitants de la région d’acquérir les connaissances de base sur l’utilisation d’internet et de l’ordinateur. Il s’agit d’une prestation personnalisée, adaptée aux compétences et aux centres d’intérêt de chacun. Le « Visa Internet Bretagne » comprend un chèque régional d’un montant fixe unitaire de 100 €, attribué dans le cadre d’un suivi individualisé, pour des actions de formations.

En 2010, la Ville de Brest et ses partenaires (Culture et Liberté, la Ligue de l’Enseignement, les centres sociaux Couleur Quartier et Ty An Holl, les Petits Débrouillards de Bretagne), ont souhaité
expérimenter ce dispositif sur le quartier de Kérourien, puis en 2011 étendu au quartier de Keredern.
Après quelques mois d’expérimentation sur ces deux quartiers, plus de 40 habitants ont validé leur « Visa Internet Bretagne ». Plus qu’un « diplôme », pour beaucoup de ces personnes c’est une reconnaissance, une valorisation de leurs engagement et motivation pour l’acquisition de nouvelles compétences.

Rencontre avec Antony Auffret, chargé du numérique à l’association les petits débrouillards Bretagne.

Service Internet et expression multimédia (IEM) : Vous avez mis en place le visa Internet Bretagne, pouvez vous expliquer ce que c’est et comment se déroule un visa ?

Antony Auffret : Avant de mettre en place le visa internet Bretagne nous avons organisé et animé des ateliers intitulés "Un ordi pour chacun" donc l’objectif était de fournir un ordinateur reconditionné avec, et c’est le plus important, une formation à la prise en main de l’ordinateur et de l’usage d’internet.

"Un ordinateur pour chacun se déroule de la façon suivante : Nous diffusons dans le quartier de Kerédern, là ou se trouvent nos locaux, une information invitant les personnes intéressées à une réunion d’information. L’objectif de cette réunion est de faire le point sur les personnes motivées, de préciser ce qui va être fait, de voir ensemble les modalités de déroulement (horaires, jours, ...).

Suite à cette réunion les ateliers commencent. En général il y a deux sessions de deux heures par semaines pendant cinq semaines. A l’issue de ces formations, les habitants repartent avec leur ordinateur re-conditionné. Une séance de validation des compétences est organisée spécialement pour le visa.

IEM : Quelles sont les personnes présentes et qu’est ce que cela leur apporte selon vous ?

Antony Auffret : Les participants aux ateliers étaient des personnes très éloignées du numérique, souvent âgées. Souvent, elles venaient parce qu’elles voulaient savoir et apprendre ce qu’est internet. Les ateliers leurs permettent d’apprendre les compétences de base nécessaires à l’utilisation de l’ordinateur (L’OS choisi est linux Ubuntu pour l’instant), du web, d’un tableur et d’un traitement de texte. Les personnes ressortent avec l’envie d’en savoir plus et certaines reviennent régulièrement fréquenter le PAPI (Point d’Accès Public à Internet) pour bénéficier de la connexion.

IEM : Quel bilan tirez vous de cette formation aux compétences numériques : pour les personnes et pour l’espace ?

Antony Auffret : Pour Le PAPI, cela permet une diversification des publics. Ainsi, jeunes de 10 ans fréquentent des personnes de 65 ans. Cela nous donne des envies de séances mixtes (en âge) et de sujet à aborder : comment utiliser Facebook, apprendre à rechercher de l’information, s’exprimer sur internet,... Pour les personnes, c’est souvent l’occasion de voir qu’elle peuvent se frotter aux nouvelles technologies dans le but de faire quelque chose (généralement communiquer avec la famille et les amis).

IEM : Après cette première formation, savez-vous si les personnes envisagent de compléter leur formation ?

Antony Auffret : La plupart des participants souhaite approfondir leurs compétences en numérique. Certains veulent ouvrir et animer un blog au sujet de leurs club de pétanque, certain veulent apprendre le traitement numérique des photos, utiliser la visio-conférence pour discuter avec les amis et la famille.
Le visa est une sorte de mise à pied à l’étrier d’internet et du numérique. Il suscite des envies autour d’usages particuliers et les personnes identifient dans les multiples possibilités du numérique. Les participants nous ont donc suggéré d’organiser des ateliers thématiques photo, blog, ....

Le 8 juillet 2011 au centre social de Kerourien, Couleur Quartier, les habitants ayant validé leur visa recevront officiellement leur diplôme en présence des élus du Conseil Régional de Bretagne et de la ville de Brest.L’adresse originale de cet article est http://www.a-brest.net/article7987.html

Mis à jour : lundi 9 décembre 2013

©© participation-brest, article sous licence creative common info