La durabilité à l’épreuve du concret : l’exemple de la ville de Loos en Gohelle

28 janvier 2011 - Loos-en-Gohelle

Depuis une quinzaine d’années, Loos-en-Gohelle s’est engagée, avec et pour les Loossois, dans la construction
d’un territoire qui tente de répondre aux exigences du développement durable. Un dispositif ambitieux
de participation habitante a permis à une politique intégrant de manière transversale l’économie, le social et
l’environnement basée sur les besoins de la population de voir le jour. Avec, en toile de fond, une prise en
compte du long terme et l’idée que le local ne peut plus être déconnecté du global...

Après ces années d’expérimentation, on observe aujourd’hui des résultats tangibles dans différents domaines.
Un constat est fait : nombre d’éléments sortent des indicateurs habituels de développement d’un territoire et
confèrent à Loos-en-Gohelle un statut de Ville pilote du développement durable. Les analyses extérieures
d’universitaires ou encore de journalistes laissent à penser qu’un nouveau type d’écosystème local commence
à prendre forme.

Dès lors, comment évaluer ces résultats ? Loos-en-Gohelle s’est engagée dans une démarche visant à mutualiser
les acquis et, plus loin, à définir de nouveaux indicateurs mesurant aussi les apports « immatériels » d’une
politique de développement durable. Au-delà, comment diffuser les bonnes pratiques ? Un important travail
de mise en lisibilité a été effectué, dont une étape structurante aura lieu le 28 janvier 2011 : la préfiguration
d’un premier parcours d’interprétation du développement durable sur la commune, destiné à des publics aussi
divers que les habitants, les chercheurs, les touristes, les scolaires et les randonneurs.

Un temps de présentation des résultats, dont l’objectif est de donner à voir et à débattre comment se traduit
concrètement sur le terrain une politique de développement durable, est organisé à cette occasion sur la Base
11/19, site minier emblématique d’un développement destructeur devenu depuis pôle de référence du développement
durable. Il s’agira d’identifier la manière dont le cas loossois éclaire le changement vers une société
durable et, plus globalement, les initiatives et signaux qui nourrissent ce changement à travers le monde.

A cette occasion, les partenaires de la stratégie d’interprétation loossoise viendront expliciter leur méthode.
En effet, tout comme la politique menée depuis une décennie, la stratégie d’interprétation est le fruit d’une
démarche de co-construction avec les habitants et les acteurs du territoire. Elle constitue donc en elle-même un
résultat...

Enfin, deux temps d’échanges sur les enjeux auront lieu autour d’intervenants qui font référence. Cyria Emelianoff,
Thanh Nghiem et Jean Gadrey pourront réagir et questionner les « résultats » loossois, ainsi qu’aborder
l’importance d’outiller les habitants, de mesurer et de rendre visible la richesse impalpable pour favoriser une
évolution des comportements et l’émergence d’une démocratie basée sur le lien social.

Michel Rocard, Pierre Radanne et Bernard Stiegler évoqueront quant à eux l’urgence d’opter pour un autre
mode de développement et la manière d’opérer le changement de cap vers une société plus désirable pour
tous.

28 janvier 2011 - Loos-en-Gohelle

Programme

- 14 h 45 Accueil sur la Base 11/19, dans les locaux de Culture Commune
- 15 h Présentation des résultats de Loos-en-Gohelle, Ville pilote du développement durable
et de sa stratégie d’interprétation

  • Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, conseiller régional
  • Jérôme Caviglia, cabinet Atemia
    - 16 h Table ronde : Les enseignements de l’expérience loossoise vers la durabilité
  • En quoi le fait de montrer, de mesurer, de rendre visible l’action et ses résultats tangibles ou impalpables
    change-t-il l’approche et l’action elle-même ?
  • En quoi le fait d’outiller ainsi les habitants crée-t-il du lien social,
    un modèle de démocratie renouvelé et favorise-t-il un autre développement
     ?

Avec :

  • Cyria Emelianoff, maître de conférences à l’Université du Mans, co-auteure de « Les pionniers de la
    ville durable - Récits d’acteurs, portraits de villes en Europe »
  • Thanh Nghiem, consultante, auteure de « Des abeilles et des hommes »
  • Jean Gadrey, professeur d’économie émérite à l’Université des Sciences et Technologies de Lille I,
    auteur de « Au-delà de la croissance »

- 17 h 15 Table ronde : Quels passages vers un nouveau modèle de développement ?

Le modèle de développement actuel est en crise. Il génère des inégalités croissantes, épuise les ressources
nécessaires à la survie de l’espèce humaine, engendre repli, insécurité, perte de repères, rupture, voire défiance
envers les élites et les dirigeants.

  • Quelle prise le citoyen a-t-il sur le cours des choses ?
  • Quels sont les enjeux
    du nouveau modèle de société recherché ?
  • Quels sont les chemins à emprunter pour l’atteindre ?
  • Avec :
  • Michel Rocard, ancien Premier ministre, Ambassadeur de France chargé des négociations internationales
    relatives aux pôles Arctique et Antarctique
  • Pierre Radanne, consultant, président de Futur facteur 4, auteur de « Energies de ton siècle !
    Des crises à la mutation »
  • Bernard Stiegler, philosophe, président d’Ars Industrialis, auteur notamment de « Réenchanter le
    monde - La valeur esprit contre le populisme industriel » et « Pour en finir avec la mécroissance »

- 18 h 30 Conclusion des débats avec l’ensemble des partenaires
Cocktai

Mis à jour : mercredi 19 janvier 2011
Répondre à cet article