Conseil Consultatif de Quartier Brest-Centre 2 février 2010

Compte rendu de la réunion plénière

Brest-Centre
Imprimer la page

L’ordre du jour était le suivant :

  • Point d’information sur la politique des espaces verts et la politique de l’arbre,
  • Echanges et questions diverses,

Monsieur Salami a introduit la séance en souhaitant à tous les membres du Conseil Consultatif de Quartier tous ses meilleurs vœux.

La politique des espaces verts et de la gestion des arbres

Paulette Dubois, vice présidente en charge de la politique des espaces verts à Brest Métropole Océane, Yves Gueguen et Jean François Léon, techniciens de BMO ont présenté la politique des espaces verts, et la gestion de l’arbre lors de la séance plénière du 2 février. L’objet de cette présentation était de donner aux membres du CCQ des éléments de compréhension sur la politique menée par BMO dans ce domaine et les choix inhérents.

La politique des espaces verts

La direction des espaces verts :
Les deux missions principales de la direction sont :
La gestion des espaces verts publics, du patrimoine végétal des 8 communes, d’espaces littoraux et de réserves foncières.
La conception, réalisation de nouveaux projets et rénovation d’espaces anciens,

Le service a été transféré de la ville de Brest à la communauté urbaine en janvier 2001. Le personnel des communes ont rejoint la direction en janvier 2005. En 2009, la direction compte 259 agents et a compétences sur 814 hectares.
Le budget de fonctionnement du service en 2009 s’élevait à 1 690 000 euros et l’investissement à 2 634 000 euros.

La politique des espaces verts s’articule autour de trois axes :
Une politique de développement durable dans le cadre des aménagements,
Une gestion durable des espaces,
Une gestion durable des arbres,

La politique de développement durable dans le cadre des aménagements se concrétise par une réflexion en amont pour définir des orientations et réaliser des schémas de référence concernant :

- Les aménagements des nouveaux quartiers,

- Les entrées de la ville axes principaux de l’agglomération,

- Les équipements (dans un souci d’attractivité, de vie de l’espace, de sociabilité et de motricité),

En ce qui concerne les airs de jeux, la direction se donne des critères d’intervention. Ce sont les suivants :

- Le nombre d’habitants : 1 zone pour 3 000 h

- La proximité : 200 m - habitat à dominante collective 500 m - habitat à dominante pavillonnaire

- Le type d’espace vert : taille, usage, attractivité

- La proximité de zones de vie : commerces, écoles, équipements publics…

- La répartition équilibrée sur tout le territoire

- La sécurité par rapport à l’environnement

Par ailleurs, l’accessibilité des espaces est une priorité en matière d’aménagement. Des zones prioritaires sont défini : les espaces de loisirs, les sites remarquables, les cheminements vers les lieux de vie.

La direction dispose également d’un budget pour l’entretien des espaces verts dans les quartiers. Les réalisations sont définies selon les critères suivants :
- La sécurité : des usagers et des agents, l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, etc.
- L’intérêt d’agglomération : voies à forte fréquentation, entrées de ville, valorisation vue sur rade, belvédères, sites touristiques et majeurs.

- La prise en compte de la proximité : Aspect, confort des usagers, fréquentation, gestion durable

La gestion durable de l’espace est appliquée depuis plusieurs années à travers les actions suivantes :

- La protection des milieux, de l’eau : par une forte réduction de l’utilisation des pesticides (Diminution de 95% depuis 1994),

- La réduction des surfaces imperméables (aires sablées),

- L’engazonnement des zones inutilisées,

- Le recyclage des déchets verts,

La gestion des arbres

Qu’est ce qu’un arbre ? Comment fonctionne-t-il ?
L’arbre est un être vivant qui vit au rythme des saisons. Il constitue un véritable écosystème à lui tout seul. 80% du système racinaire de l’arbre est présent dans les premiers 30 cm du sol. La place de l’arbre en ville doit tenir compte de ces caractéristiques : un arbre ne peut pas s’épanouir dans un environnement contraint (sol tassé, bitumé, plaie dans l’écorce…).
Historique de la place de l’arbre à Brest :

- Beaucoup d’arbres plantaient à Brest avant guerre,

- La guerre et les bombardements ont détruit le patrimoine arboré,

- La reconstruction a été une période de forte re-plantation. L’objectif principal était de reverdir la ville au plus vite : trois essences (platane, tilleul, érable) représentaient 85% des plantations ; les plantations ont été réalisées dans des emplacements trop petits et en situation inadaptés (trop proche des habitations, au milieu des trottoirs..),

- Au fil du temps des problèmes sont apparus : déficit d’ensoleillement, trottoirs où la circulation est difficile,…

Aujourd’hui les objectifs de la gestion des arbres sont les suivants :

- Remise à niveau du patrimoine existant : dé densification (exemple sur le boulevard Gambetta),

- La gestion, la surveillance et l’expertise : diagnostic sanitaire des arbres, tailles douces et respectueuses de l’arbre dans la mesure du possible,

- le renouvellement et les nouvelles plantations : Le renouvellement des plantations est une étape naturelle dans le cycle de vie des arbres. Le souhait des espaces verts est d’assurer à tout arbre la possibilité d’atteindre la phase de sénescence en toute sécurité. Le choix des essences se fait selon la pensée suivante « le bon arbre au bon endroit »,
Le bon arbre au bon endroit veut dire que l’on s’assure :

- de l’adéquation entre les espaces disponibles et le développement de l’arbre adulte,

- que l’arbre aura suffisamment d’espace souterrain libre,

- que on tient compte des facteurs climatiques,

- que l’on recherche une diversité pour enrichir le paysage (formes et couleurs).

Le bilan fait aujourd’hui :
36 000 arbres dont 12 000 en alignement sur l’ensemble de Brest métropole océane,
Environ 40 essences différentes,
De nouvelles plantations tous les ans,
Une gestion par une équipe hautement qualifiée de grimpeurs élagueurs.

L‘enjeu pour les années à venir sera de trouver un équilibre entre l’urbanisation, les contraintes liées à la circulation des véhicules, le bien être des usagers et la création de paysages de qualité où la nature à sa place en ville.

Echanges suite à la présentation

Les échanges suite à la présentation ont été nombreux et ont abordé les questions suivantes :
La végétalisation du parcours du tramway : La direction des espaces verts et la SEMTRAM travaillent en collaboration sur cette question. Les jardiniers de Brest métropole océane procèdent à des tests grandeur nature pour choisir les futurs végétaux qui seront semés entre les rails.
Le conseil consultatif de quartier a émis une proposition de mur végétalisé à Sanquer : est-il possible d’imaginer un mur du type « quai Branly » ? Si la direction des espaces verts est favorable à la démarche de végétalisation, un mur végétalisé comme au quai Branly veut dire l’installation d’un système de culture hors sol et un dispositif d’arrosage spécifique … difficile à concilier avec une démarche de développement durable. Les espaces verts préfèrent mettre des plantes au sol qui couvriront naturellement le mur.
Est-il possible d’installer des arbres fruitiers en ville ? Sur ce sujet, comme d’autres, la réalité quotidienne impose aux services d’éviter les fruitiers du type pommiers, cerisiers … car les branches sont souvent cassées par des personnes souhaitant récolter les fruits. Par contre, des arbres à fruits tombant (noyer, châtaigner, ..) ont déjà été implantés et pose moins de problème pour la cueillette.
Une remarque a été faite sur le futur jardin du bas du cours Dajot et notamment sur le positionnement actuel du mur qui est décalé par rapport à l’alignement du rempart et qui aurait pu être déplacé et ainsi offrir un espace plus large pour le jardin.
Les étourneaux ont pris place dans les arbres du Jardin de l’Amirauté avec les désagréments que cela implique pour les personnes passant sous les arbres ou a proximité. Des campagnes d’effarouchement sont menées par la collectivité pour éviter que ces oiseaux prennent l’habitude de s’installer en ville.
La situation de la rue Kerjean Vras est évoquée où la largeur des trottoirs et la présence des arbres empêche l’accès à ce côté de la rue pour les piétons. Les services sont conscients des difficultés à ce déplacer sur cette rue, elles vont examiner ce qu’il est possible de faire.
Une intervention a été faite sur les modalités de concertation avec les riverains du secteur FTPF – Kérigonan concernant le choix des arbres. En effet, les services ont fait le choix des variétés sans véritablement demander l’avis des habitants du secteur. Les échanges ont essentiellement porté sur une présentation des espèces qui seront plantées mais pas sur le choix en temps que tel.
Les décisions prises doivent tenir compte de différentes contraintes liées à l’arbre en temps que tel (ses besoins, son évolution, …) mais aussi à son environnement aérien (réseau électrique …) ou sous-terrain (divers réseaux, enrobé, …). C’est en tenant compte de ces multiples contraintes que le choix de l’arbre est fait.

Questions diverses

2.1 - Point sur quelques travaux des groupes thématiques
Le site Internet de quartier : le groupe de travail sur la communication a souhaité développer un site Internet de quartier en complément de la Lettre du CCQ Brest centre. Appel est lancé auprès des membres du CCQ pour participer à la mise en œuvre de ce projet. Les personnes intéressées peuvent se signaler à la Mairie de quartier.
Le groupe animation/culture/patrimoine travaille à la réalisation d’une balade de quartier. Une projection des photos prises par Jean Luc Deniel, membre du groupe, a permis de voir le quartier sous des angles de vue souvent inhabituels.

2.2 - Questions/informations diverses
Une rencontre des 7 conseils consultatifs de quartier est programmée le vendredi 26 mars 2010 au Parc des Expositions de Penfeld pour échanger autour de 3 thématiques :
le rôle des conseils et des membres des CCQ,
l’organisation et le fonctionnement,
les centres d’intérêt des CCQ
Réunions publiques sur l’eau : 5 grands débats publics sont organisés par Bmo à 20h salon Richelieu de l’Hôtel de Ville sur la question : Quelle gestion de l’eau en 2012 ?
3/02/2010 : Nouveau modèle économique de l’eau
25/03/2010 : Qualité de l’eau, un défi majeur
29/04/2010 : Les différents modes de gestion du service public de l’eau
25/05/2010 : Pour un tarif social de l’eau.
23/06/2010 : Comment inventer de nouvelles coopérations territoriales pour la gestion de l’eau ?

Mis à jour : jeudi 20 mai 2010

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article