Lille les 7 et 8 mai 2010 : rencontres Économie Sociale et Solidaire & Informatique Libre

Chtinux, la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités et l’association Rhizomes vous convient à deux journées de réflexion portant sur les échanges et les relations entre l’Économie Sociale et Solidaire et le Logiciel Libre le 7 et 8 mai 2010.

Texte repris d’après un mél de Benjamin Grassineau

Bastien Sibille, trésorier de l’association internationale pour le Logiciel Libre et l’Économie Solidaire explique : « Le secteur de l’économie sociale et solidaire est en pleine mutation, à la fois sous l’effet de l’expression de mouvements internes et parce que la crise du capitalisme financier l’a placé sur le devant de la scène économique. Dans cette recomposition, le secteur de l’économie sociale et solidaire est amené à réfléchir aux outils dont il dispose, et notamment à ses outils informatiques »

Le secteur des Logiciels Libres est, pour les mêmes raisons, amené à réfléchir à de nouveaux modes d’organisation, dépassant les schémas auxquels il s’est habitué, et notamment son organisation économique.

Le but de cet évènement est donc de faciliter la rencontre et les échanges entre les deux univers. D’une part faire découvrir le logiciel Libre, ses valeurs et ses solutions techniques, à l’Économie Sociale et Solidaire et réciproquement faire découvrir l’Économie Sociale et Solidaire, ses valeurs et ses modes d’organisation sociale, au monde du Logiciel Libre.

L’évènement se tient sur deux jours ; le vendredi 7 mai est consacré aux usages professionnels et le samedi 8 mai au bénévolat.
Il se fera sous la forme d’une non-conférence, ou « barcamp ». Un « barcamp » est une forme de rencontre pratiquée dans le milieu de l’informatique dont le principe est « pas de spectateur, tous acteurs ». Il part du principe que chacun a quelque chose à apporter au débat et qu’aucune personne ne doit se prévaloir d’une légitimité supérieure à celle d’une autre.

Il est ouvert à tous. Il n’a aucune limite géographique, linguistique, etc. Vous pouvez donc inviter d’autres personnes à y participer.

- 7 et 8 mai 2010, de 10h à 18h à la MRES, 23 rue Gosselet à Lille

Renseignements et inscriptions :


« [L’économie sociale et solidaire] est innovante, locale qui produit de la richesse humaine et préserve l’environnement. C’est l’humain qui est l’objectif principal, le profit n’étant qu’un outil au service d’un meilleur être des individus dans le collectif de vie et d’action de la société.

[L’informatique Libre] est un formidable ensemble d’outils au service de la création et au renforcement de liens dans nos sociétés. Un moyen de coordonner, donner de la visibilité à des initiatives citoyennes. Une certaine idée de l’autonomie et de la libre circulation de l’information et des savoirs. »

Laurent Courouble, ancien gérant du café citoyen de Lille


« Pour moi l’ESS, c’est la volonté de remettre l’homme au coeur de l’économie, place qu’il a perdu dans l’économie classique : avec la solidarité, on rend sa dignité et on respecte le producteur, on humanise et responsabilise la chaine de vente. Le consommateur n’est plus pris comme un pion auquel refourguer son produit, mais est responsabilisé dans ses actes de consommation voir acteur direct (AMAP, logiciels libres...). Le lien avec le développement durable est naturel lorsque tous les élements de la chaine économique se posent les questions de la pérénnité du produit (viabilité, impact social, impact environnemental)

Le logiciel libre est pour moi le résultat d’une volonté de reprise du maîtrise de l’Homme sur les technologies qu’il exploite (ici les technologies informatiques, géomatiques, électroniques et automatiques). L’aspect social et solidaire s’applique aussi par les réflexions et actions des acteurs de l’ESS autour des luttes sociales (écologie, démocratie, éducation populaire, insertion...)
Pour le logiciel Libre, dans un sens, c’est aussi remettre l’homme au coeur de l’informatique à une place qu’il a perdu dans l’informatique classique. Les processus de développement communautaires (dans certains cas), la tracabilité du code, rendent plus humains les rapports entre les différents acteurs de la chaine et responsabilisent ces mêmes personnes (développeurs, utilisateurs...)
Autour de la thématique du logiciel libre on retrouve parfois les même réflexions autour des luttes sociales. Le parallèle entre programme informatique et programme génétique fait se rejoindre écologistes et libristes, les projets de lois poussent aux interrogations sur les processus démocratiques. L’accès à l’outil informatique et à sa compréhension passe nécessairement par de l’éducation populaire. Enfin le diplome et l’origine d’une personne est rarement une discrimination pour contribuer au logiciel libre

L’économie sociale et solidare et le logiciel libre développent donc des problématiques semblables et les faire se rencontrer peut être la source d’une formidable synergie »

Charles Vinchon, militant de l’informatique libre et créateur de la société Ethic IT


« Pour moi l’économie sociale et solidaire c’est une économie qui prend en compte l’Homme et son épanouissement individuel et collectif. C’est-à-dire un système marchand qui ne brade pas l’humain et l’environnement pour faire du profit. Dans ma représentation, les acteurs de l’économie sociale et solidaire (assez divers d’ailleurs : assos, entreprises, mutuelles, syndicats…) sont de petites tailles (pas plus de 20 salariés)

Quant aux logiciels libres je sais simplement qu’ils sont basés sur 4 "libertés" (que je ne pourrai pas […] citer). Dans l’idée que j’en ai il s’agit de logiciels informatiques qui peuvent être créés et amendés par tous et librement utilisés. J’avoue que j’en utilise mais je serais incapable de contribuer à leur développement. D’ailleurs, j’en ai une image "jeune et masculine" : j’ai l’impression que sont surtout des hommes de moins de 30-35 ans qui s’y investissent ;-). En plus, j’ai l’impression qu’il faut s’y connaître en informatique pour utiliser des logiciels Libres. Exemple : pour installer certains logiciels c’est très compliqué ("créer un dossier truc, enlever le sous-dossier bidule, lancer telle aplication....) »

Audrey Delemer, présidente de l’association Rhizomes


« Le logiciel libre, c’est avant tout un partage de la connaissance technique, et la recherche d’un optimum technologique. Le logiciel libre doit être ouvert aux contributeurs et être altruiste.
[…] L’économie sociale et solidaire, c’est une économie avec les autres, pour tous, au contraire d’une économie bénéficiant à un groupe spécifique d’individus. »

Pierre Ducroquet, développeur de logiciels Libres

L’adresse originale de cet article est http://www.a-brest.net/article5814.html

Mis à jour : samedi 17 avril 2010

©© participation-brest, article sous licence creative common info