Démocratie "musclée" jusqu’aux délibérations du conseil de BMO !

Lambézellec
Imprimer la page

BMO a choisi de faire passer la voie de "contournement" nord de Brest-Lambézellec par la vallée du Restic, ce n’est pas une surprise.
Par contre le travail de la commission urbanisme du conseil consultatif de quartier (CCQ) de Lambézellec a été mis en avant, par voie de presse le jour du vote et pendant le conseil de communauté par la maire-adjointe de Lambézellec et présidente du CCQ. Et là c’est consternant !

En effet, en tant que conseillers de cette commission, nous avions informé le maire de Brest, ainsi que tous les élus, des graves dysfonctionnements constatés au sein du CCQ.
Le travail réalisé par un petit groupe autoproclamé de conseillers a été transmis à la présidente du CCQ et à l’extérieur, sans que les autres membres de la commission aient été consultés voire prévenus ! Bien que non inscrit à l’ordre du jour de la plénière, à laquelle participait seulement 20% des membres du CCQ, l’avis de la commission a été voté, sans possibilité de consulter le document de 14 pages, dans la précipitation et la contestation.

La démocratie participative, si chère à certains élus, devrait avoir toute sa place au sein des CCQ. Malheureusement, dans le cas présent, nous sommes en présence d’un déni de démocratie que certains appellent de la démocratie "musclée".
A quoi peut donc servir la "charte des relations entre élus, services et CCQ" si déjà, elle est foulée au pied par ceux-là même qui sont censés la mettre en œuvre.

Suite à ces faits et à la précipitation avec laquelle ce dossier avait été traité, nous avions demandé au maire de Brest et président de BMO de ne pas prendre en compte l’avis du CCQ de Lambézellec en vue de la décision.
Malheureusement nous n’avons pas été entendus, c’est inacceptable !

Guy LE DEM et Alain LE SUAVET, membres du conseil consultatif de quartier de Lambézellec et ex-membres de la commission urbanisme de ce même CCQ.

Mis à jour : lundi 29 juin 2009

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article