Le sentier côtier de Sainte-Anne du Portzic bientôt réouvert

Article repris du journal l’Echo de Saint Pierre Quilbignon n°212, avril 2009

La dixième édition de la Randonnée pédestre de l’Office des Sports, dite Rand’Office, aura lieu le 19 avril prochain à 9 heures, au départ de Saint-Pierre, près du gymnase de Keranroux. Dans un premier temps, les organisateurs regroupés autour de Gérard Le Ny, administrateur de l’Office, avaient envisagé d’intégrer dans leur circuit les 3,5 km de sentier côtier, reliant la plage de Sainte-Anne à la Maison Blanche.

Passage interdit...

Ce pase tsage pédestre, à l’entrée du Goulet permettait de mettre en évidence la beauté du site et l’histoire de ce rivage côtier. Ainsi chacun pouvait admirer de près le phare du Portzic datant de 1846 et les vestiges de la centrale thermique mise en service en 1951 et fermée en 1986. Malheureusement suite à des éboulis de la falaise surplombant le sentier, cette voie a été interdite à la circulation par arrêté municipal n° 2008-03-0317. Nul randonneur ne saurait contester le bien-fondé de cet arrêté mis en œuvre pour des raisons évidentes de sécurité. Cependant nombre d’entre eux jugeaient le temps long pour la remise en état des lieux et pour sécuriser l’environnement de ce sentier si apprécié de tous. Les organisateurs de la Rand’Office se firent une raison, d’autant que la possibilité de couper par le Belvédère permettait de découvrir d’autres paysages intéressants, tout en conservant un circuit global de 12 km.

...Bientôt autorisé

L’Écho de Saint-Pierre, attentif à ce problème, s’est déplacé mercredi 18 mars sur les lieux concernés, à la rencontre d’une équipe d’expertise diligentée par BMO (voir photo). Malgré l’importance du chantier, le travail de sécurisation du sentier a été décidé. Les travaux vont commencer sous peu et seront terminés avant l’été. Un grillage sera plaqué à même la falaise afin de prémunir toutes chutes de pierres. Cette décision ne peut que satisfaire les randonneurs qui retrouveront bientôt ce sentier aux couleurs et aux parfums sans pareil. Ainsi ils pourront à nouveau découvrir, parmi les lichens délavés par le vent, des ajoncs rabougris, des armérias tenaces et des chardons rebelles qui s’évertuent à survivre dans ce milieu hostile et majestueux. Dans le cadre grandiose du Goulet, leur imagination se laissera alors guider en direction des Tas de Pois vers l’infini de l’horizon, là où règne l’évasion et le rêve.

Michel Baron

Mis à jour : mardi 7 avril 2009

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article