Dans le cadre des séances Ciné cabaret au Vauban (Brest) - Mai 2009

Comme une ligne rouge dans la mer

Film réalisé par Chantal Gresset et Richard Volante.

Soiré projection (au Vauban, en mai 2009 - date à préciser), ouvrant sur un débat, en présence des deux réalisateurs.

Des descendants d’immigrés ont confié leurs sensations, leurs sentiments, leurs vécus de ce qui perdure en eux de leur origine

étrangère, de ses traces dans leur relation aux autres et au monde, de la transmission, de la frontière et de l’acclimatation. Les

premiers entretiens avec Chantal Gresset ont été suivis, avec un intervalle allant de quelques jours à plusieurs mois, par de

seconds. Ce sont ces derniers filmés par Richard Volante et Chantal Gresset qui sont la matière principale du film.

Nous avons recueilli une parole sensible – poétique – durant plusieurs mois. Principalement de 3ème génération et aussi de 4ème

ou 5ème , les personnes filmées délivrent aux spectateurs ces histoires de mélange et d’identité qui sont les leurs, et les nôtres.

Tous d’origine, d’âge et de situation sociale diverses, nous montrent que le réél apparaît parfois plus nettement encore par le biais

d’une parole décalée du factuel.

2008 est l’année des premières présentations et diffusions du film, succédant aux étapes du film en montage livré à différentes

reprises, et selon des formules réinventés en fonction des manifestations, par exemple ‘l’installation’ créée pour la ‘visite de

chantier’ de décembre 2007 au et en partenariat avec l’Université Rennes 1 et Le Diapason présentant les matériaux brut qui

constituent les différentes facettes du film, des extraits du film à un moment T du montage, les propositions musicales. Elle a été et

peut être reprise dans des contextes appropriés et divers.

‘comme une ligne rouge dans la mer’ a comme postulat de départ de ‘susciter, encourager et mettre en lumière une parole poétique du

réel’. Les personnes filmées, leurs témoignages sensibles sont les ‘vedettes’ du film. Ils sont sur le devant de la scène. Ces habitants

nous ont confié davantage qu’une parole, aussi personnelle soit-elle. Ils ont confié leur personne aux réalisateurs et au public, à

leurs concitoyens. Ainsi s’est inventée une forme de conversation entre inconnus.

Les réalisateurs accompagneront certaines des projections et organiseront des rencontres avec les spectateurs ; essayant à chaque

fois que cela sera possible de mettre en contact les personnes filmées et le public. Il s’agit là encore de travailler à mettre en

relation la construction du projet, ses participants et ses destinataires.

Mis à jour : lundi 9 février 2009

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article