ATD Quart-Monde travaille sur les relations familles-écoles à Rennes

ATD Quart-Monde mène une action innovante s’appuyant sur les familles éloignées de l’école pour la réussite de tous les enfants dans un quartier de Rennes, Maurepas.

Présentation du projet sur les relations familles-école à Maurepas, engagé par le Mouvement ATD Quart Monde, avec le groupe « familles-école-grande pauvreté » et les partenaires du quartier.

Bruno Masurel, Mai 2007

Une information reprise du site de l’Inter DSU, réseau des professionnels du Développement Social Urbain

Un site sous contrat Creative commons

- Origines de ce projet :

1/ Travail du groupe « familles-école-grande pauvreté », sur les relations école-familles :

Depuis son origine, le groupe "Familles-école-grande pauvreté" mène un travail sur le thème des relations familles-école, qui a amené à la création d’un outil de formation. Cet outil a été édité en mars 2004 par le CRDP, il est donc diffusé de façon autonome, mais le groupe "Familles-école-grande pauvreté" a aussi accompagné son utilisation en formation, à de nombreuses occasions.

Cela lui a permis d’intervenir aussi bien dans la formation initiale que dans la formation continue, d’enseignants, mais aussi auprès d’une fédération de parents d’élèves.

Il a donc accumulé un capital d’expériences sur les conditions à réunir qui favorisent un dialogue et une confiance entre parents et enseignants, en vue d’agir conjointement pour une meilleure réussite des élèves. Son expérience part des incompréhensions qui existent entre l’école et les familles en grande pauvreté, mais peut aussi s’appliquer aux difficultés de relations d’autres parents, les situations des parents en grande pauvreté donnant un effet de « loupe », par une perception des incompréhensions qui sont accentuées pour les familles en grande pauvreté, car elles sont les plus éloignées de la culture scolaire.

Des membres du groupe « familles-école-grande pauvreté » ont déjà engagé des liens avec l’école Trégain, en participant à différentes réunions à propos de la participation des parents à la vie d’école, où existe un espace parent. Une enseignante de l’école participe aussi au travail du groupe.

Cependant ce travail de formation s’est fait jusqu’à présent de manière diffuse, et il n’a pas toujours été possible de le mener dans une continuité, de mobiliser dans la durée les personnes qui ont suivi les formations, de façon à accompagner la transformation des représentations et le développement d’autres formes de relations qui peuvent se mettre en place entre parents et enseignants. Du côté des parents en grande pauvreté, le mode de travail du groupe, les parents qui en font partie et y ont appris à modifier leurs relations à l’école, venant de lieux très divers, n’a pas toujours permis que ces familles transmettent à d’autres le chemin qu’elles ont parcouru, pour permettre à celles-ci de s’engager dans la même voie.

Dans le groupe, une réflexion plus théorique, avec l’apport du sociologue Pierre Périer, a permis aussi de confronter notre démarche avec celle qu’il a mise en œuvre dans ses recherches : Si les familles de milieu populaire ne s’investissent guère comme parents d’élèves, les études de Mr Périer montrent que cela s’explique notamment par un « différend » : le partenariat que l’école propose à tous les parents, qu’elle oriente selon ses critères, ne correspond pas à ce que ces familles populaires en attendraient.

Il ne s’agirait pas d’une démobilisation ou d’une démission de ces familles, qui sont très soucieuses de l’avenir de leurs enfants, mais d’un différend, qui empêche que ces familles trouvent leur place dans ce partenariat, présenté par l’institution comme « allant de soi », alors qu’en réalité ce partenariat suppose un travail très important de croisement des savoirs, des représentations réciproques et des pratiques, pour pouvoir réellement se réclamer d’un démarche de co-éducation ...

- ATD-projet familles écoles-Rennes lire le projet :

le document à télécharger

Mis à jour : lundi 16 juin 2008

©© participation-brest, article sous licence creative common info

Répondre à cet article